Accueil  > Actu > De la poubelle au musée

De la poubelle au musée

Par - le 19 mai 2011

« Waste Land » suit pendant près de trois ans l’artiste brésilien Vik Muniz : parti de son domicile situé à Brooklyn, il se rend dans son Brésil natal dans la plus vaste décharge du monde, Jardim Gramacho, en banlieue de Rio de Janeiro. C’est là qu’il photographie un groupe hétéroclite de catadores (les ramasseurs de déchets recyclables) dans des mises en scènes composées à partir d’objets et matériaux rescapés des poubelles.

Tout au long de cette aventure, le projet va prendre une toute autre dimension. Au fur et à mesure de sa collaboration avec ces personnages hors du commun, Vik va saisir tout le désespoir et la dignité des catadores, alors même qu’ils parviennent à réinventer leur vie en prenant part à son œuvre d’artiste.

Les photos réalisées seront vendues aux enchères. Viz Muniz associe à la réussite de son œuvre ces travailleurs des rebuts et leur reverse les 250 000 dollars récoltés.

« Je leur ai donné tous les bénéfices des photos. Chacun a reçu 12 000 dollars grâce à la vente des photos, ce qui leur a permis de s’acheter une maison. On les a aussi aidés à créer une bibliothèque, un centre de ressources où il y a des ordinateurs. »

Waste Land nous offre la preuve éclatante du pouvoir de l’art, et a été nominé aux Oscars 2011 pour la catégorie « meilleur film documentaire ».