Accueil  > Agenda > News > La traversée de la Savoie à raquette

La traversée de la Savoie à raquette

Par - le 21 janvier 2013

En 2012, nous avions proposé un circuit accompagné en raquette comme il en existe peu : la traversée de la Savoie d’Est en Ouest en dix étapes. Cette année, nous réitérons cette aventure unique, reliant le col de l’Iseran (2 770m) au col du Galibier (2 645m). Pascal, notre partenaire et accompagnateur de l’édition 2012, nous livre ses impressions sur ce voyage dans les Alpes du Nord.

© Pascal Conceillon

 

Pascal, pouvez-vous nous présenter cette traversée de la Savoie ?

L’idée c’était de faire un truc un peu fou, de montrer que même en hiver, on peut entreprendre une traversée assez engagée, et rallier à raquette deux endroits emblématiques, la Vanoise et les Écrins.

À quel randonneur s’adresse cette traversée à raquette ?

© Pascal Conceillon

Il faut évidemment être un habitué des longues étapes à raquette, mais l’entraînement physique n’est pas ce qui compte le plus. La traversée de la Savoie, un peu comme les treks au Népal, implique un bon mental. Elle est divisée en 3 périodes de 3 jours en autonomie. Les bagages ne sont pas acheminés et on dort en refuge. Ces périodes sont entrecoupées de nuit en hôtel. Là chacun retrouve ses affaires et son rythme. Mais entre les deux, c’est une autre vie, une autre manière d’appréhender le temps qui passe. Il faut donner du temps à son corps qui gère un effort physique sur la durée et, durant les après-midis passés au refuge, il faut réapprendre à s’ennuyer. Ce n’est évident pour personne. L’an dernier cependant, le groupe s’est montré largement à la hauteur.

Citez 3 lieux emblématiques de la traversée ?

© Pascal Conceillon / route du Galibier

– le parc national de la Vanoise parcouru de près de 600 km de sentiers et de chemins piétons hivernaux accessibles à raquette
– la Grande Casse (3855m), le point culminant de la Vanoise au pied duquel nous passons pendant la traversée
– le parc national des Écrins, notre point d’arrivée aux 150 sommets de plus de 3000m

Avez-vous une anecdote à raconter sur la traversée 2012 ?

Les deux derniers refuges de la traversée n’étaient plus gardés et nous étions seuls. C’était comme si nous nous étions retrouvés entre amis, chez l’un d’entre nous. On prenait l’apéro, on se faisait la tambouille et comble du luxe, chacun avait un dortoir pour lui seul. La belle vie !

Traversée de la Savoie à raquette

Commentaire (1)
charles25 janvier 2013 à 12 h 08 min

Hum, j’adorerais le faire!!!