Accueil  > Lifestyle > Le nouvel an à travers le monde

Le nouvel an à travers le monde

Par - le 29 décembre 2015

 

Nouvel an

Profitons des fêtes de fin d’année pour faire un tour du monde et voir comment est célébré le nouvel an.

Cap-Vert, le Nouvel An célébré au son de la musique

Le 31 au soir, les enfants sortent par petit groupe et tapent aux portes des maisons. Quand on ouvre, les enfants chantent une chanson pour demander un peu d’argent. Les gens gardent la petite monnaie pendant plusieurs semaines ou mois à l’avance car selon les quartiers il y a vraiment des dizaines de groupes d’enfants qui font la queue devant chez eux pour chanter la chanson qui en résumé souhaite de joyeuses fêtes et une bonne année et dit : « et pour nous remercier, donnez-nous un peu de monnaie ». Une tradition particulièrement répandue à São Vicente (l’île de Césaria Evora).

Le 1er janvier au matin, la fanfare de la ville fait le tour des quartiers historiques en jouant le même morceau pendant des heures. La fanfare rejointe par les musiciens locaux et les fêtards qui n’ont pas fermé l’oeil de la nuit,  se transforme en une grosse procession musicale. Les enfants viennent de partout, certains répètent la musique à la guitare, avec la flûte à bec de l’école ou simplement se fabriquent des petits maracas artisanaux, le résultat est collectif et très sympathique.

Les Capverdiens sont également nombreux à se jetter à la mer, à minuit, pour se laver de l’année qui vient de passer et commencer proprement la nouvelle année. A Cuba et au Nicaragua, c’est aussi la cérémonie de purification qui marque le pas de la nouvelle année. A Cuba, on lance des seaux d’eau par la fenêtre pour purifier la maison. Au Nicaragua, on se baigne dans une rivière ou dans la mer pour commencer l’année propre et face au soleil.

Cap-Vert

Espagne, un raison, deux raisons… douze raisons !

Après un copieux repas en famille, les Espagnols se rejoignent peu avant minuit autour de la grande horloge de leur ville ou de leur village. La célèbre Puerta del Sol, place principale de Madrid, voit notamment arriver des milliers de madrilènes. A minuit, lorsque la cloche se met à retentir, les Espagnols avalent un grain de raisin à chacun des 12 coups. On raconte que ceux qui parviennent à tenir le rythme du carillon – chose ardue ! – vivront la nouvelle année sous le signe de la chance. Cette coutume est très ancrée dans le pays, à tel point que les 12 coups de minuit sont même retransmis en direct à la télévision. Puis c’est l’explosion de joie : place à la fête jusqu’au petit matin !

Finlande, chaud devant, chaud !

Une tradition du Nouvel an bien finlandaise veut que l’on verse de l’étain en fusion dans un baquet d’eau froide : les formes que prend alors le métal servent à prédire l’avenir…
Pour cela, on dispose de petits fers à cheval en étain dans une poêle qu’on porte au feu avant d’en vider le contenu en fusion dans un baquet d’eau bien froide. Sous l’effet du choc thermique, l’étain se resolidifie instantanément, laissant apparaître au fond de l’eau des formes, que les Finlandais interprètent librement pour y voir des présages quant à la santé, la prospérité ou le bonheur à venir !

FIN_1

Italie du Sud, le grand ménage du nouvel an

A Naples, et dans toute l’Italie du Sud, une bien étrange coutume se déroule le 31 décembre : elle consiste à jeter par les fenêtres tous les objets dont on ne se sert plus, symboles de l’année qui finit, surtout la vaisselle (abîmée ou inutilisable)… Au grand dam des passants et des éboueurs ! Une tradition qui tend à disparaître, au vu des dangers évidents qu’elle peut entraîner.

Brésil, une déesse bien gâtée

A Rio, des millions de Brésiliens vêtus de blanc se retrouvent sur la plage de Copacabana pour lancer à la mer des roses et des glaïeuls, blancs, rouges ou jaunes, en offrande à Yémanja, la déesse de la mer, pour qu’elle exauce leurs souhaits de paix, amour et argent.

Etats-Unis, happy new year

De l’autre côté de l’Atlantique, aux Etats-Unis, c’est une fête importante, tout particulièrement à New York. En effet, des centaines de milliers de New-yorkais se réunissent au pied de la tour n°1 de Times Square pour assister au célèbre Ball Drop, une tradition vieille de plus d’un siècle : une immense boule de cristal de 2 mètres de diamètre descend le long du bâtiment à 23h59 pour atteindre le sol à minuit, lorsque les 12 coups de minuit retentissent. Une pluie de cotillons s’abat alors sur les artères de la Grosse Pomme, et la foule réunie dans la rue entonne « Auld Lang Syne », une chanson écossaise plus connue des francophones sous le nom de « Ce n’est qu’un au revoir ».

Japon, Nouvel an – nouvel homme

Au Japon, la Saint-Sylvestre est une fête familiale. Les jours qui précèdent le 31 décembre sont consacrés à mettre de l’ordre dans la maison et dans ses affaires, afin de commencer au mieux la nouvelle année. Le 31 décembre à minuit, les familles se rendent au temple afin d’assister à la frappe des 108 coups de gong qui annoncent l’arrivée de la nouvelle année et faire un vœu. Selon une tradition bouddhique, ce rituel permet de purifier les âmes des 108 fautes qui affligent l’Homme. Le 1er janvier, on se rend à nouveau dans les temples, en tenue traditionnelle, pour la grande cérémonie rituelle. On y boit le toso, premier saké de l’année, et on tire les prédictions.

JPN_1

Arménie, c’est la fête !

Pour le Nouvel An, en Arménie, avant que minuit sonne, on allume toutes les lampes dans la maison, les bougies décorées aussi, la famille se réunit autour de la table déjà prête.
D’ailleurs, la table doit crouler sous l’abondance, avec plusieurs plats, salades, pâtisseries, friandises. Il y a des spécialités qui sont toujours présentes (dolma, le jambon entier de porc). Comme le nombre 7 est considéré comme celui de Dieu, on doit avoir 7 sortes de plats chaud, 7 sortes de salade, et ainsi de suite.
Quand minuit sonne, les membres de la famille doivent se mettre à table, les grands portent des toasts en demandant des faveurs pour le Nouvel An, boivent un petit verre d’alcool, les petits goûtent ce qu’ils aiment et se dépêchent d’ouvrir leurs cadeaux sous l’arbre. Les jeunes hommes sortent dans la rue et tirent des feux d’artifice. Ça dure une quinzaine de minutes, toute la ville retentit des feux d’artifice. Ensuite les voisins, les amis, les proches… passent de maison en maison pour féliciter chacun, il est de tradition d’amener quelque chose de sucré chez les gens.
Dans certains villages, les enfants prennent un sac et passent de maison en maison, les mères mettent dans le sac toutes sortes de sucrerie (comme à Halloween) et ensuite ils organisent une vraie fête avec tout ce qu’ils ont reçu.
C’est la tradition aussi de faire le gâteau traditionnel en forme de soleil et d’y mettre une pièce, celui qui la trouve sera le plus heureux pendant l’année.
ARM_1

Roumanie, les enfants à l’honneur

En Roumanie, les enfants frappent aux portes la veille du Nouvel An. Leur passage est considéré de bon augure. Le bruit qu’ils produisent grâce aux clochettes et fouets est sensé éloigner les mauvais esprits.
Des musiciens et des fanfares jouent dans la rue, et les gens se déguisent sur le thème des bergers et de leurs troupeaux. L’ours est aussi un animal très représenté. Les garçons sortent dans les rues en petits groupes. Parmi eux, l’un porte un masque de chèvre, et un autre une peau. Puis tous dansent en tapant par terre avec un bâton, et en imitant la chèvre en de courtes chansons festives.
Le jeu de l’ours est une autre tradition roumaine spécifique à la fête du Nouvel an, rencontrée le plus souvent en Bucovine, dans le nord : un jeune homme joue le rôle de l’ours, il porte sa fourrure sur sa tête et ses épaules, orné de pompons rouges aux oreilles. L’ours est accompagné par des musiciens et toute sorte de personnages (comme par exemple un enfant représentant le bébé ours). Ils défilent dans les rues du village au son des tambours et des flûtes. Leur spectacle comporte quelques moments essentiels : l’ours est battu et il meurt pour renaître quelques secondes plus tard de manière miraculeuse.

Bonne année à tous 😉

nouvel an -Terdav