Accueil  > Points de vue > La vie en vert au Costa Rica

La vie en vert au Costa Rica

Par - le 9 décembre 2016

Le volcan Arenal - Costa Rica

Nous ne disons pas assez combien le Costa Rica est beau ! Nous avons donc donné la parole à Claire de Terdav Nantes, fraîchement de retour de ce coin d’éden, pour qu’elle partage ses coups de cœur.

Cahuita entre mer et montagne

Le Costa Rica est un véritable paradis terrestre mais un de mes coups de cœur c’est le village de Cahuita situé sur la côte Caraïbe près de la frontière du Panama. Niché au cœur d’une jungle verdoyante, ce village de pêcheurs à l’ambiance jamaïcaine a tout de suite su me charmer avec ses kilomètres de plages de sable blanc, sa musique reggae en continu se répandant dans toutes les rues, ses petits restaurants typiques où l’on déguste un plat de crevettes et calamars à la sauce coco, un délice.

ose de porcelaine - Costa Rica © Claire Paze

Cahuita, qui signifie « acajou » en indien, est le village le plus haut en couleur de la côte caribéenne. Coincé entre mer et montagne, Cahuita doit son charme à ses habitants afro-caribéens qui vivent dans des maisons en bois bariolées, dont certaines sont perchées sur pilotis. Avec sa culture rasta, le village a su conserver son atmosphère détendue  ; il bénéficie aussi d’un parc naturel magnifique : le parc national Cahuita.

Grenouille rouge - Costa Rica © CLaire Paze

Projet solidaire

Autre coup de cœur, la réserve de Quebrada Arroyo, au centre de la côte pacifique, gérée et protégée par d’anciens producteurs de vanille. C’est dans cette réserve que se trouve l’auberge Los Campesinos, gérée par l’association Coopecampesinos. Son projet a pour but, d’une part, le développement social et économique du village, en diversifiant les sources de revenus de ses 16 familles, en générant des emplois et en améliorant leur qualité de vie. D’autre part, l’activité touristique permet de valoriser et de préserver la culture et les traditions locales, mais également de les enrichir grâce à l’échange culturel. La conservation de la biodiversité de la réserve est la troisième composante de l’association. L’environnement naturel du centre est extrêmement varié et les paysages magnifiques. Le village est situé dans une petite vallée bien encaissée, mais depuis les hauteurs la vue sur la plage de Manuel Antonio est prenante.

Parc national du Rincon - Costa Rica © Claire Paze

La forêt de la réserve est de type tropical humide. Elle abrite une quantité incroyable de plantes (orchidées, broméliacées, divers arbustes, palmiers, plantes médicinales …), et certains de ses arbres atteignent 40 mètres de haut. Un nombre impressionnant d’oiseaux habite les lieux tels que des colibris, des toucans, de nombreux gallinacés sauvages. Il est également souvent possible de voir des espèces menacées comme le paresseux, le tapir ou le singe titi.

Oiseau spatule - Costa Rica © Claire Paze

Musique made in Costa Rica

Le Costa Rica possède une grande richesse et diversité musicale car elle est à la croisée des cultures afro-caribéenne et latine. Les musiques les plus populaires sont les musiques traditionnelles, tels le merengue, la salsa, la cumbia ; toutes accompagnées de danses. La musique moderne est également présente avec le Taboga Band qui mêle salsa et jazz, ou encore le groupe de salsa Los Brillanticos.

Une autre richesse musicale : Walter Ferguson, la légende du calypso costaricien même s’il a connu un succès tardif. Walter Ferguson, calypsonian (musicien de calypso) anonyme, est devenu une légende après l’enregistrement de son premier disque, à l’âge de 83 ans ! Une histoire comme on n’en fait plus, une histoire comme l’Amérique latine sait en produire fréquemment. Proche du mento jamaïcain, il est à la racine de la soca dans les années 70. « Babylon » sera le premier disque d’une collection dirigée par Papaya Music et visant à valoriser les musiques caribéennes oubliées ou méconnues.