Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Bali, nous a conquis !

Bali, nous a conquis !

Par - le 10 avril 2015

Françoise Devillers, partie en Indonésie sur le voyage Bali authentique, a déjà partagé avec nous des moments forts de cette découverte de Bali. Elle revient dans cet article sur un spectacle de la danse balinaise et l’ascension du volcan Batur.

© Mathilde Salmon - Indonesie - Bali - Danseuse de Legong

L’art de la danse

« Mes compagnons de route et moi-même avons eu la chance d’assister à un spectacle de danse au son entêtant du gamelan, cet ensemble de percussions proches du xylophone. Un moment magique de danse traditionnelle, rien que pour nous, qui a été donné chez le fondateur de la troupe chez qui nous logions, au village de Sebatu. On est hypnotisé par cette danse du Legong : les jeunes filles vêtues de sublimes costumes, racontent en mouvements gracieux, mesurés et parfaitement coordonnés (les fameux gestes codifiés et précis des mains et des doigts) l’épopée du Râmâyana. Elles ne perdent rien de leur grâce même quand elles incarnent les démons ou personnages maléfiques en d’étranges postures guerrières. On retient son souffle, on n’ose pas trop photographier de peur de briser la magie de ce rituel venu du fond des âges. A la fin du spectacle, on peut même monter sur la scène et tenter de frapper le maillet sur les lamelles de bronze.

Le Batur se mérite

L’autre moment génial, ce fut l’ascension du célèbre volcan Batur (1740m), la rando la plus dure du voyage ! (850m de dénivelé). Le Batur se mérite. Réveil à 1h 30 du matin, transfert au pied du mont puis 2h30 d’ascension de nuit, avec lampe frontale sur un chemin caillouteux et escarpé au milieu des fumerolles des cratères. Arrivée là-haut vers 5h du matin. Et la récompense est là. On attend le lever du soleil (à 6 h) en sirotant un grand café chaud apporté par notre guide Cédric. Inouï… Ici, au milieu de nulle part, à 1740m d’altitude, d’où a-t-il sorti son breuvage réconfortant ? Le meilleur café de notre vie. Aurait-il porté le thermos géant sur son dos ? A 6h, lever de soleil et coucher de lune simultanés, c’est beau à s’en agenouiller.

DSC02967(1)

Bali, nous a conquis, on ne veut plus quitter ces paysages de premier matin du monde. Juste avant notre départ, on reste contempler les cerfs-volants faits par les enfants en matériau de récupération, tige de bambou et plastique noir de sac poubelle, mais tellement poétiques dans le ciel, découpés en forme de poisson ou de dragon.

Françoise Devillers