Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Chemins de Yaks : l’intégral de leur voyage !

Chemins de Yaks : l’intégral de leur voyage !

Par - le 25 mai 2012

Voici le récit des 4 « Little Bouddha » : Tom, Alexandre, François et Tom, sur les sentiers de la vallée du Langtang. Une aventure fantastique que nous résume de manière très poétique Pascal Duboc, l’initiateur du projet  :« Hommage à Tom le sage, Francois le tribun, Amir le yes et Alex le philosophe ;
je ne suis pas parti de la vallée du langtang le 30 avril 2012 et je ne suis pas rentré en france.
mon esprit est resté dans les ravines et les chants des « Little Bouddha » aux sources d’eaux chaudes résonnent ce jour et ont dévié mon retour.
nous les avons pomponné, chouchouté, bichonné comme quatre dieux sur leur monture à joëlette
en bref nous les avons servi
ils ont bombardés nos egos
c’est le plus beau cadeau
ils ont changé, grandi, souri, grimacé et détroné l’illusion
je vous respecte et vous aime
merci de ce parcours initiatique
finalement nous avons du rentrer
je voudrais que cela recommence »
Jeudi 12 avril : visite du Spinal Injury Rehabilitation Centre

Toute l’équipe du Chemin de yaks et du SIRC

Aujourd’hui petite journée particulière car nous partons à la rencontre d’autres fauteuils roulants… Nous nous écartons donc un peu de la pollution de Katmandou pour enfin respirer l’air frais de la campagne de Banepa.
Accueillis au centre par Cécile (surpris qu’elle parle couramment française) et son équipe nous effectuons une visite des locaux qui accueillent, pour l’essentiel, des hommes et des femmes victimes de chute lors de travaux agricoles.

C’est enfin, pour les « Little Bouddha », l’occasion de confronter leur handicap à une autre réalité, ce qui va provoquer quelques réactions de leur part :

Outils adaptes

Pour l’un d’eux, c’est l’occasion de s’étonner des outils mis à disposition des résidents népalais car « la situation du Népal ne nous laissait pas présupposer d’une telle prise en charge ; surtout que nous n’avons rencontré que de rares personnes handicapées depuis notre arrivée. »
Tandis que son camarade d’aventure souligne l’importance d’une telle visite qui lui permet d’avoir plus d’éléments afin de comparer la place du handicap dans différents pays.
Un autre jeune est particulièrement sensible à la nécessité de continuer à mobiliser des financements pour permettre une telle évolution dans les mentalités et les techniques. Il lui semble vital de « trouver des alternatives à ses bras et à ses jambes car dans ce pays on en a fort besoin. Chapeau ! »

Une belle rencontre au SIRC

«Je trouve important d’être venu ici car on ne se rend pas forcément compte de la chance qu’on a nous en France. Moi personnellement avant de venir ici j’en avais marre d’aller en rééducation. Mais maintenant je me rends compte que c’est une chance. On a tendance à trop se plaindre, à être trop centrés sur nous-mêmes. Après cette visite au centre népalais, je vais essayer de prendre davantage de recul par rapport à ma situation de handicap » nous a confié l’un d’entre eux.

L’au revoir général  fut un chaleureux témoignage d’un espoir de future collaboration avec le Spinal Injury Rehabilitation Centre de Bapena !

Ganesh1

Demain, vendredi 13 avril, c’est le 1er jour de l’année népalaise : nous entrons en 2069 ! Quels meilleurs auspices pour un départ en trek dans le Langtang placé en outre sous la protection de Ganesh afin qu’il nous ouvre le chemin des yaks ?!….

Vendredi 13 avril  : départ en trek dans la vallée du Langtang

C’est le jour du grand départ.  On charge tout le matériel nécessaire dans et sur les bus. Entre Katmandou et Dunche, il nous faut parcourir 7 heures de route de montagne sinueuse et chaotique.

 

Lors d’une pause nous assistons, dans un village, à une cérémonie d’accompagnement de l’âme d’un défunt décédé 13 jours plus tôt.
En effet, pendant 5 journées successives, les proches du défunt sont en prière (pudjan) troi » lamas assurant l’office. Une statuette représentant le défunt ainsi que quelques cendres sont présentes. Il s’agit d’accompagner  « l’âme »  du défunt dans le bardo, cet espace dans lequel les âmes voyagent avant de se réincarner. Une prochaine cérémonie aura lieu 1 mois plus tard, une seconde dans un an, à laquelle l’ensemble des habitants du village sera convié à participer et à se restaurer. Anne, l’une de nos 3 infirmières  a été « invitée » à partager quelques instants de la cérémonie…. « Lorsque je me suis approchée afin de prendre quelques photos de la scène je me suis rendue compte qu’il s’agissait d’un rituel. Discrètement je me suis donc mise sur le côté mais un homme m’a tirée par le bras tout en me répétant « photo, photo ». En me poussant, il m’a introduit au sein de l’assemblée réunie autour de la statuette. Au cœur de cette cérémonie, je ne savais plus où j’en étais. J’ai aperçu une femme en pleurs et une autre qui m’invitait à suivre la statuette. J’ai ensuite compris que j’avais été invitée à partager leur douleur. »

Nous pousuivons notre route… les  premiers sommets enneigés de la chaîne himalayenne se profilent à l’horizon.

Arrivés à Dunche, l’aspect pratique des choses reprend vite le dessus : il y a 20 marches pour accéder aux chambres ! Impossible avec les 4 fauteuils. L’installation des « Little Bouddha » se fait donc sur des matelas à même le sol dans la salle à manger de l’hôtel.

Samedi 14 avril  : 1er jour de trek de Dunche à Brabal

Départ de Dunche

Départ avec du retard sur l’horaire prévu car il a fallu remettre les joëlettes « en service » et de nombreux réglages ont été nécessaires, supervisés par Bernard et Renan !
Ce fut ensuite aux porteurs népalais de s’initier au maniement des engins….le tout sous l’œil attentif de la population locale très intriguée, encore une fois !

Après une heure et quart de retard sur l’horaire escompté, nous roulons enfin vers le Langtang. Heureusement pour nous cela commence par de la route goudronnée ce qui laisse le temps aux pilotes népalais d’expérimenter le BA Ba de la conduite…. Ce qui n’est pas toujours évident !

Sur la route

La première montée nous chauffe les cuisses … et on attaque de suite les fameuses et redoutables « marches népalaises ». Après 100 mètres tout le monde (sauf Olivier toujours fringant) a besoin  de reprendre son souffle. Dix minutes plus tard, nous nous rendons de suite compte que le chemin sera beaucoup plus long et difficile que prévu. Les pilotes de joëlettes n’ont pas encore compris la différence entre le roulage et le portage ! Moralité : c’est dur pour tout le monde !

De surcroît l’orage  et la pluie arrivent ce qui rend le terrain glissant… Notre retard s’accroît et nous devons faire une croix sur la pause déjeuner : nous ne sommes toujours pas arrivés au Lodge !
Sept heures plus tard, nous arrivons enfin au Lodge de Brabal qui aurait du être le lieu de notre pause déjeuner. Nous décidons d’y dormir.
Dure première journée : il fait nuit, on est fatigués, on a faim : heureusement la cuisinière est aux fourneaux !

PS :  il nous sera difficile pour ne pas dire impossible, étant donnée une alimentation électrique quasi inexistante et en l’absence de connexion internet dans les lodges, d’approvisionner ce blog durant les deux prochaines semaines. Rendez vous (à notre prochaine connexion internet !!!) pour la suite des aventures de nos « Little Bouddha » !

Le Langtang derrière les cabres électriques !

Dimanche 15 avril  : de Brabal à Shyabru
Réveil matinal pour quelques uns d’entre nous pour une initiation au yoga. Face aux Himalaya, « salutation au soleil » pour démarrer cette journée.


La population du village « profite » de la présence de l’équipe médicale du « Chemin des yaks » qui leur apporte de premiers soins, car cela fait aussi partie de notre quotidien.
Décision est prise de ne réaliser ce jour qu’une courte étape histoire de reposer les mollets endoloris !
Nous quittons la maison bleue, notre demeure d’une nuit.


A notre grand soulagement, nous constatons que les expériences de la journée d’hier ont porté leurs fruits : les pilotes de joëlette népalais maîtrisent désormais parfaitement la technique ! Les marques sont prises et nous roulons désormais à bonne vitesse.

Deux heures plus tard nous voici à Shyabru (altitude 2280 mètres), il est encore tôt et l’après-midi est à nous, sous la pluie battante…
Au programme : balade dans le village, parties de dés, coupe des cheveux de François, initiation à la méditation au temple du village….


Il nous arrive parfois, au détour d’un chemin, de croiser un cybercafé ce qui nous permet de vous envoyer, souvent difficilement et très lentement ces quelques lignes….. quand il y a du soleil pour alimenter les panneaux photovoltaïques !

Lundi 16 avril  : de Thulo Syabru (2280 m) à Pairo (1850 m)

A 5 heures du matin, les cloches du temple sonnent le réveil d’une belle journée au ciel entièrement bleu.Le petit déjeuner est pris dehors avec vue sur les champs en terrasses et la vallée du Langtang.
La difficulté du jour : franchir notre premier grand pont suspendu ! Cela ne fut pas une partie de plaisir pour tout le monde ainsi qu’en témoigne Neyma :
« on m’avait caché que l’on allait traverser un tel pont car j’ai la phobie des plans instables. Arrivée devant : impossible !!! Ma première réaction fut de me dire, non je ne passerai pas. Après un long travail de persuasion et voyant le reste de la troupe m’attendre de l’autre côté, je finis pas m’agripper au sac de Franck et, fermant les yeux, j’ai traversé guidée par le son de sa voix. J’arrive enfin au bout les jambes tremblantes et les yeux encore humides. »
Cadeau de fin de journée : juste avant le lodge nous croisons une source d’eau chaude souffrée et improvisons une douche écossaise avec les eaux glaciales du torrent en direct des glaciers de l’Himalaya … Revigorant !!

Mardi 17 avril : de Pairo à Bamboo Lodge (2000 m)

Courte marche.
Une relation de complicité s’établit dorénavant entre les 4 jeunes dans leurs joëlettes et les pilotes Népalais qui se révèlent à la fois attentifs et attentionnés. De nombreuses rencontres avec d’autres trekkeurs sur le chemin nous font échos de leurs étonnements de leurs encouragements ou, rarement, de leur profond mécontentement.
A mi-parcours, la « famille » s’agrandit puisque 6 amis et leurs 3 porteurs nous ont rejoint : nous sommes à présent 61. Autant dire que nous ne passons pas inaperçus, ni sur les chemins, ni dans les lodges.

En fin de journée, une fois tout le monde installé, des enfants curieux s’approchent de nos diaboliques engins. L’idée nous vient de leurs faire faire des tours de joëlettes dans la cour du lodge où nous nous sommes arrêtés pour passer la nuit.

Mercredi 18 avril  : de Bamboo Lodge (2000 m) à Lama Hotel (2420 m)

La marche est de plus en plus difficile car cela monte : nous avons gagné plus de 400 mètres en 5 heures. Les porteurs souffrent un peu plus, l’un d’entre eux a même dérapé et s’est raccroché à un pied de bambou.

Chacun d’entre nous a désormais pris sa place dans le groupe, comme en témoigne Juliette, notre benjamine : « Il s’agit de ma première expérience avec des personnes handicapées d’où une certaine distance et un peu de malaise au début. Mais rapidement, dépassé le premier cap de la compassion, j’ai découvert la personnalité de chacun de ces jeunes de mon âge avec qui j’ai à présent une relation amicale. En revanche, je ne suis toujours pas à l’aise avec certains gestes plus intimes ».

Jeudi 19 avril  : de Lama Hotel (2420 m) à Goratabela (3080 m)

Nous sommes à plus de 3000 mètres : le temps n’est plus à la « rigolade ». Franck, notre « Group leader » nous fait un joli speech sur le mal aigu des montagnes et les 4 H : Hypoglycémie, Hypothermie, Hypoxie, Hypohydratation. Nous apprenons que nous risquons l’œdème pulmonaire et cérébral !
Nous passons de simples trekeurs à grands aventuriers !

 

Vendredi 20 avril  : de Goratabela (3080 m) à Langtang (3500m)

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire du « Little Bouddha » Alexandre qui fête ses 19 ans à 3500 mètres d’altitude !

Au programme : « dégustation » de rakshi (alcool local à base de riz servi chaud) et de tchang (bière de riz), partage à 24 de deux boites de « Pringles » et de fromage de yak. Chansons françaises et népalaises sont à l’honneur autour d’un gâteau d’anniversaire réalisé par les porteurs dans une marmite et cuit au feu de bois tout l’après-midi.
La vallée s’ouvre sur le Langtang, le paysage a changé, les chemins sont plus faciles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 21 avril : Langtang (3500m)

Ca y est, nous y sommes enfin ! Notre but est atteint ! Yak ! Yak ! Yak ! Yak ! Yak !


Journée de pause pour les jeunes et quelques autres : jeux, initiation à la méditation, lecture, sieste….
Visite du Monastère

 

 

 

 

 

 

 

 

Le reste de la troupe monte à Kyanjin Gumpa à 4000 mètres sous un ciel incertain tendance pluvio-grêleuse. Nos derniers pas vers les sommets nous serrent le cœur…. Il est à présent temps de redescendre.

Dimanche 22 avril :

Nous commençons à redescendre. La nostalgie de quitter les montagnes nous gagne mais c’est aussi le jour des élections !


A défaut de voter en direct nous organisons notre propre scrutin.

Les résultats sont incontestables mais, comme nous le constaterons plus tard, « un peu » différents de la réalité française…
Afin de nous consoler, les Népalais nous organisent une petite soirée chants et danses folkloriques.

 

Lundi 23 avril 2012 :

Nous perdons rapidement de l’altitude.

Mardi 24 avril :

Nous continuons de redescendre tranquillementlorsque le fatidique coup du sort que nous «attendions » tous depuis le départ arrive : le bras d’une des joelettes casse ! Celle de Tom.
Nous tentons la réparation de fortune à grand renfort de « conseils » de chaque Mc Gyver du groupe…

Mais finalement la sagesse nous impose de transférer Tom dans la joelette d’Amir qui, après quelques essais  sur le dos d’un des porteurs… gagne à pied l’étape de midi : un vrai trekeur !


L’étape de midi est l’occasion pour l’équipe népalaise de tenter une dernière « expérience » : transformer un doko et y porter Amir…


Amusante mais peu convaincante, l’expérience s’achèvera au bout de  200 mètres :  trop  de devers, pas assez de stabilité… Amir repart et atteint le lodge de Pairo à pieds ! Chapeau !!

Mercredi 25 avril :

C’est notre dernière journée de trek. Le chemin s’élargit et serpente entre les plants de cannabis et les cactus, le soleil se fait plus ardent et nous marchons lentement comme pour retarder encore un peu la fin de cette aventure.

Quelques rencontres en chemin… et une dernière traversée.

Et déjà se profile à l’horizon Syabru Besi : le trek se finit là. Demain un bus nous ramènera sur Katmandou. Nous profitons des derniers moments partagés…

Remise par les jeunes d’une petite gratification bien méritée !!

 Jeudi 26 avril  :

Une journée de bus, entre fatigue et nostalgie… et  un peu de marche à pieds quand le bus peine dans les montées !

Le retour à Katmandou est un peu….brutal !


Vendredi 27 avril :

Une soirée est organisée pour fêter, avec les porteurs,  la fin du trek.
C’est l’occasion d’assister à un émouvant spectacle de danse d’enfants népalais handicapés chorégraphié par Sharan.

Qui font des émules chez les jeunes !
L’occasion aussi, après deux semaines de trek de jouer les coquettes !!

 Samedi 28 et dimanche 29 avril :

Dernières déambulations dans Katmandou…

 

Et c’est la fin de cette aventure népalaise !!

Pour conclure, encore quelques photos à l’aéroport de Paris où les « Little Bouddha » ont retrouvé leur famille…

 

 

La presse en parle

 

Commentaires (11)
youcef18 avril 2012 à 16 h 23 min

Courage aux little boudha ainsi qu’a toute l’equipe et specialement à toi amir je vous suis en direct de mon pc 🙂 j’aurai aimé etre la avec vous mais bon profitez-en bien.
ton cousin youcef 🙂

michel bross18 avril 2012 à 22 h 40 min

Bravo encore a Pascal et a tous ceux qui ont rendu ce projet possible.
Rien que cette rencontre avec des handicapes Nepalais est deja tres positive.
Sans parler de ce qu’attend les 4 little buddhas…
a bientot, when connection available 🙂
michel b.

maryline19 avril 2012 à 21 h 16 min

un coucou de normandie
belle photo de groupe
c’est beau et émouvant de vous imaginer face à ces beaux paysages…
ravie de vous voir concrétiser ce super projet Mr Duboc!!
BRAVO, bravo à tous
Bon courage et à bientôt olga et les fécampoises pour j’espère un beau récit de tout ce périple mary

Iris20 avril 2012 à 0 h 08 min

Anne Photo photo … pourquoi ça ne m’étonne pas? :p
bisoux, bonne continuation

justine20 avril 2012 à 20 h 48 min

je reste sans voix face cette expérience magnifique que tu nous fais partager avec toi. Tu vis des moments de partage forts en émotion qui te ressemblent bien. Bises justine et gilles

Isabelle CHRETIEN21 avril 2012 à 13 h 42 min

Super à vous tous ! Et dire qu’il va falloir attendre 2 semaines les prochains récits et photos…
Bon courage, et bonne route,
Isabelle

BOYER22 avril 2012 à 8 h 24 min

Bravo à tous ! Bravo pour ce projet qui se réalise ! On attend la suite du récit de vos aventures.
Bisous !
Béatrice

mehdi saighi23 avril 2012 à 17 h 49 min

bon trek a tous profitez bien vous avez de la chance

Abide Marie Christine25 avril 2012 à 9 h 27 min

Tout ce que je viens de lire est super! Bravo à tous pour ce merveilleux projet. Je vous souhaite encore de très belles aventures.
Bisous
Christine

Gaud27 avril 2012 à 10 h 41 min

Malgré ces jours passe, sans nouvelles, nous pensons bien à vous. A vos efforts et vos rencontres qui doivent être pleine de surprises. Bon courage à vous tous pour ces derniers jours. Pensées et bisous particuliers à Anne.

Sabrina Hassiba Abdelbaki Gharbi9 août 2012 à 11 h 22 min

Une expérience courageuse et instructive pour ces jeunes, bravo à toute l’équipe qui les a accompagnés dans cette découverte naturelle et mythique, et qui restera gravée j’en suis sûre dans leur mémoire et garderont un souvenir inoubliable de cette partie si vivante de leur vies…. Sabrina Hassiba Abdelbaki Gharbi.