Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Coups de coeur de Manon pour le Laos et le Cambodge

Coups de coeur de Manon pour le Laos et le Cambodge

Par - le 21 décembre 2015

© Manon Lepelley - bayon angkor thom - Laos - Cambodge

Partir au Laos et au Cambodge c’est retrouver l’ambiance unique des pays d’Asie, traversés par le Mékong : paysages verts apaisants de rizières, palmiers, arbres exotiques et cascades, partager la gentillesse des personnes rencontrées, découvrir la beauté et la richesse des temples hindouistes et bouddhistes qui invitent à la sérénité. De retour d’un voyage dans ces deux pays d’Asie du Sud-Est, Manon, Terdav Marseille, nous raconte sur ses coups de cœur.
© Manon Le Pelley - Laos - Cambodge - porte ensevelie Ta Prohm

Des rencontres inoubliables au Laos et Cambodge

« Faire du vélo sur les îles reculées du Mékong au milieu des rizières est juste un moment magique ; nous rencontrons un groupe de femmes laotiennes en train de couper les bottes de riz avec leur serpe, en train de danser et rire au rythme de la musique.  Une ambiance joviale à laquelle nous participons volontiers en essayant de couper à notre tour les bottes de riz. Nous nous rendons compte combien ce travail est un dur labeur.

© Manon Le Pelley - Laos - Cambodge - femmes dans les champs

Aller dormir chez l’habitant est une chouette expérience comme dans le village de pêcheurs de Kompong Phluk où nous sommes accueillis chaleureusement par une famille cambodgienne qui vit de la pêche du Lac Tonlé Sap. Une belle occasion de découvrir leur manière de vivre dans leurs maisons rustiques sur pilotis.
On partage un moment de cuisine en faisant le « Noum Ple ay« , un gâteau composé de pâte de riz, sucre de palme et noix de coco. Au Cambodge, ce met est familièrement appelé « gâteau qui tue les maris » – en référence à une triste anecdote sur une femme qui perdit son tendre époux car trop pressé de manger le Noum Ple ay, encore brûlant, préparé par sa femme. Alors prudence avant de déguster ce si bon dessert.
© Manon Le Pelley- Laos - Cambodge- village-lacustre-kompong-phluk

La rencontre avec notre guide Narith a été très enrichissante également. Narith est passionné par l’histoire du royaume Khmer, et nous avons été absorbés tout au long du voyage par ses récits sur l’hindouisme et les histoires que l’on retrouve sur les fresques des temples d’Angkor.

Autour d’un bon plat

Voici la recette pour réaliser un « amok trei » ou poisson à la cambodgienne.
Dans l’ »amok trei », « amok » désigne un mélange d’aromates typiquement cambodgiens et « trei » signifie poisson, le tout cuit dans du lait de coco.

Sans titre

– 600 g de poisson en filet
– 1 tige de citronnelle
– 1 échalote
– 1 petit piment
– 1 grosse rondelle de galanga
– quelques feuilles de citronnier ou bergamote (4 ou 5)
– quelques feuilles d’épinard
– chou chinois ou batavia sans les côtes
– du basilic thaï
– du nuoc mam
– poivre
– 1 boîte 400 ml de lait de coco
– feuille de bananier (ou à défaut feuille d’alu pour la cuisson vapeur en papillote)
– 3 cuillères à soupe de cacahuètes grillées hachées

Préparation de la recette :

Couper le poisson en dés, saler avec 2 cuillères à soupe de nuoc mam (praoc mam au Cambodge), poivrer, réserver puis mixer : citronnelle, galanga, échalote, feuilles de citronnier le plus fin possible (en Asie, on pile au mortier) et mélanger au lait de coco (utiliser la partie crémeuse).
Préparer la papillote ou plusieurs individuelles, au fond : feuilles d’épinard, chou, batavia, ou les 3, puis cacahuètes hachées, poisson et verser le lait + aromates ; parsemer les filets de piment et de basilic, refermer bien hermétiquement. Cuisson vapeur 30 mn.

C’est prêt ! Bon appétit !

© Manon Le Pelley - Laos - Cambodge - marche vers wat phu