Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > De Florence à Pise… à vélo !

De Florence à Pise… à vélo !

Par - le 10 juin 2011

Itinéraire et récit d’une balade à deux roues à travers la Toscane.

Après quelques voyages réalisés en Italie ces dernières années à la découverte de ses principales villes d’art telles que Rome, Venise et Naples, j’avais envie de joindre la découverte de ce merveilleux pays à mon activité sportive préférée : le cyclisme. La Toscane me parut la région adaptée à ce type de projet et début juin, nous voilà partis, avec ma compagne, à la découverte de Florence, Sienne, Pise et la campagne italienne.

Nous sommes partis tous les deux, sans guide, à l’aide de cartes et d’un road book détaillé avec les informations nécessaires sur chacune des étapes du parcours. Ne restait plus qu’à pédaler et ouvrir grands les yeux !

Notre première journée à Florence annonce la couleur : la ville est superbe et son charme typiquement italien nous enchante véritablement. Même s’il va être difficile de quitter rapidement Florence, nous avons hâte de partir sur les routes de Toscane…

Le lendemain, nous enfourchons nos machines, direction le Chianti et son célèbre vignoble ! Les premiers kilomètres sont assez durs (sortir de Florence à vélo est un bon échauffement !) mais très rapidement, nos efforts sont récompensés : les douces collines du Chianti sont magnifiques et les petits villages traversés, tels que Mercatale, sont à la hauteur de nos espérances.

Les deux jours suivants, nous parcourons la « Voie des vins » à la découverte de Greve et Radda in Chianti mais aussi, Montefioralle, splendide village fortifié, certes pas très élevé (366 m d’altitude), mais dont l’accès s’effectue par une côte assez éprouvante!

Au milieu du séjour, nous prévoyons un peu temps pour la visite de Sienne. Temps libre bienvenu aussi bien pour se reposer que pour apprécier pleinement les trésors de la cité telle la fameuse Piazza del Campo où s’organisent les fêtes du Palio.

Au matin du cinquième jour, nous quittons Sienne pour la « Bohême d’Italie », le Val d’Elsa, reconnu pour son artisanat de cristal. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises lorsque nous entamons la sixième journée.

Certes, l’étape est plus longue que les autres jours (47km) et un peu plus difficile, mais elle constitue sans doute le point d’orgue de notre voyage. La montée sur San Gimignano, avec ses quatorze tours se détachant du village pointant vers le ciel bleu azur, restera dans nos mémoires pendant longtemps.

Après une balade dans les ruelles médiévales et un arrêt gourmandise pour une « gelato » (des calories vites éliminées), nous remontons sur nos vélos pour rejoindre Volterra, qui se révèle tout aussi remarquable que San Gimignano.

L’avant-dernier jour, nous terminons notre « giro » à nous par une cinquantaine de kilomètres de belles routes descendant tranquillement vers le bord de la mer Méditerranée. A Pontedera, nous prenons le train avec nos vélos pour regagner notre dernière étape, Pise.

A notre grande surprise, nous nous retrouvons finalement avec des jambes relativement légères mais le coeur assez lourd ! Il nous est beaucoup plus difficile de quitter la Toscane que de franchir ses relief. C’est tout dire !

Julien Paturaud

Commentaire (1)
Agnès Verneau10 juin 2011 à 14 h 22 min

Nous avons également parcouru ces belles routes de Toscane à vélo, même itinéraire. Le mot « douces » collines est un peu faible car il y a tout de même de sacrées montées….mais pas de problème, en prenant son temps (pour admirer les magnifiques paysages par exemple et faire le plein de photos) on y arrive.
Quel bonheur également de toujours trouver une auberge accueillante le midi même dans les petits villages et de pouvoir déguster un bon repas avant de repartir….