Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > De Hendaye à St Martin de Arrosa

De Hendaye à St Martin de Arrosa

Par - le 12 mars 2012

18 Février au 1er Mars 2012 – 2855 km

Ca y est, Hendaye est à peine derrière nous, que nous sentons immédiatement une nette différence avec la côte : ça grimpe, et même, ça grimpe fort ! A partir de maintenant, nous voici à une étape fatidique de notre Tour de France à pied – Terres d’Aventure : la traversée des Pyrénées !

Et nous commençons cette fameuse transpyrénéenne en traversant le pays basque.

Amélie et Nicolas, deux jeunes trentenaires de la région, nous emmènent à Sare, l’un des plus beaux villages de France. Et on comprend vite pourquoi ! Les toits rouges des maisons se découpent sur un ciel bleu tendre, les montagnes, tel un écrin subtile, entourent le village et semblent le protéger, à jamais, du temps qui passe.

Nous y rencontrons les parents de Nicolas : Michèle, une femme au regard qui pétille, et Pierrot, dont la franche accolade témoigne de sa formidable générosité… et manque en moins de deux, de déboiter l’épaule de Laurent ! Très vite, le courant passe et on se sent comme en famille ! Pierrot est un basque, un vrai, et il le revendique ! Moustache grise et béret sur la tête, il nous fait découvrir ses plus beaux trésors. Après un dîner bien consistant et bien basque, il nous ouvre les portes de son sanctuaire le plus cher : sa cave à fromages ! Car ici, on est basque que si on mange LE fromage de brebis basque ! Et justement, Pierrot fait mûrir ses fromages juste à côté de ses meilleures bouteilles de vin !

Avec amour et respect, il ouvre la petite porte de la boite en bois qui les protège, souffle sur la fine couche de poussière qui s’est déposée sur les croûtes et, les yeux brillants de fierté, sort sa pièce maîtresse : un fromage rond et épais, de deux ans d’âge, qu’il garde précieusement pour les grandes occasions !
Dans un calme et un silence absolus, Pierrot découpe une à une de fines tranches avant de nous les tendre… avec de la confiture de cerises noires ! Devant notre air ahuri, il s’exclame :« Ca, c’est pour adoucir le goût ! » et il part dans un formidable éclat de rire !
Vient le moment de grâce : déguster le divin fromage qui sommeille depuis deux ans dans la cave. Laurent se lance en premier, je le suis de près. Le fromage est sec, son goût fortement prononcé, comme nous n’en avons jamais mangé… Ca arrache littéralement les papilles !

Nos hôtes rient, rien qu’à voir nos têtes quand, le plus discrètement possible, je glisse à Laurent : « Choubi… tu peux me repasser un peu de confiture de cerises, s’t’plait? »
Et ça, c’était juste avant qu’ils nous servent les digestifs… basques, bien sûr !

Aurélie et Laurent

Les étapes précédentes en video:

Épisode 14: La Dune Du Pyla par Tour-De-France-a-Pied