Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > De Lourdes à St André

De Lourdes à St André

Par - le 6 avril 2012

Du 17 Mars au 1er Avril 2012 – 2266 km

Plus nous avançons vers l’est et plus les tendances de la Méditerranée se font sentir : le climat devient plus sec, la terre plus aride, nous traversons des vignes et des villages aux petites places bordées de platanes où les gens se retrouvent pour jouer à la pétanque. Ah, le sud… Ici, on parle l’occitan, et là, le catalan. Nous découvrons que la France dispose d’une richesse inégalable : des régions culturellement très vivantes, tant par leurs coutumes que par leur langues encore parlées.
Plus loin, nous traversons des gorges immenses où la route est creusée à même la roche. En contrebas, la rivière rugit et lorsque nous levons la tête, une voie de chemin de fer datant du XIXè siècle nous domine. Par endroits, les tunnels où passait le train sont encore visibles, tout comme les ponts où les rails courent encore. Splendide et surprenant…

Nos pas nous mènent jusque chez Evelyne et Yvan qui habitent au pied du Mont Canigou. Evelyne nous accueille avec un sourire et une chaleur qui nous font instantanément oublier les heures de marche sous le soleil et dans la poussière. Au détour d’un verre de vin du Roussillon, elle nous ouvre son univers et nous découvrons une âme généreuse… à l’image de nos « destins de mer ». Quand Evelyne n’est pas dans sa jolie région du Languedoc-Roussillon, elle vit en Vendée, à St Hilaire-du-Riez.
Son plaisir ? Arpenter les pistes à vélo en bordure de plage ou dans la forêt de pins. Mais aussi être présente pour ceux qui sont trop souvent oubliés.


Et comment mêle-t-elle les deux ? Evelyne s’est offert un vélo électrique aux couleurs chatoyantes, doté d’une petite carriole à l’arrière, et tous les deux, ils promènent des personnes âgées qui ne peuvent plus se déplacer. Son vélo s’appelle « Carmen », elle l’a nommé ainsi pour le jeu de mot « care – men ». L’humour n’est jamais loin…
Trois fois par semaine, Carmen et Evelyne vont chercher les promeneurs à leur maison de retraite et les emmènent, nez au vent, côtoyer l’océan et profiter de l’ombre des pins. Des rendez-vous hebdomadaires qui tiennent lieu de véritable thérapie tant physique que psychologique, car, au fil du temps, Evelyne et Carment sont également devenues… leurs confidentes.


Toute seule, avec la seule force de sa volonté et de ses mollets, Evelyne crée une petite révolution au quotidien. En l’imaginant « promener ses p’tits vieux », comme elle dit en souriant, nous ne pouvons que nous remémorer les scènes d’Amélie Poulain, lorsqu’Amélie emporte avec elle un vieillard aveugle et lui décrit les marchés, les passants, les formes et les couleurs de la rue. Un tourbillon de générosité et de spontanéité d’une intensité rare… Amélie permet de voir à celui qui ne peut pas voir. Evelyne, elle, permet de marcher à celui qui ne le peut pas. Une bataille qui nous touche, forcément.

En quittant Evelyne et Yvan, nous reprenons la route vers la Méditerranée. Bientôt, nous allons le retrouver la mer, pour une nouvelle étape de ce Tour de France à pied – Terres d’Aventure !

Aurélie et Laurent

Le diaporama de notre passage dans les Pyrénées: