Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Echos de l’Atlas marocain

Echos de l’Atlas marocain

Par - le 14 mai 2012

Nicolas, conseiller-vendeur à Nantes, revient du Maroc. Il en a rapporté photos et souvenirs, qu’il partage avec nous.

C’est avec des rêves plein la tête que j’embarque pour le Maroc, un pays qui m’attire depuis longtemps. Il faut dire aussi que depuis que j’ai rejoint Terres d’Aventure, j’entends régulièrement cette phrase : « Tu n’es jamais parti avec nous ? Ah mais on va t’envoyer au Maroc alors, tu vas comprendre ce que c’est qu’un voyage Terdav ! ».

À peine atterri et je suis déjà surpris : au loin, derrière la ville, c’est la neige et les imposantes montagnes de l’Atlas que j’aperçois. Je comprends alors pourquoi nos treks dans cette région commencent seulement en avril. Le lendemain, nous prenons la route. Nous franchissons le superbe col de Tichka (2260m), descendons vers la plaine aride de Ouarzazate, bifurquons vers l’immense palmeraie de Skoura pour enfin atteindre la vallée des Roses, point de départ de notre circuit. J’ai déjà l’impression d’avoir traversé trois pays différents avant même de commencer !

Notre guide Saïd, collaborateur de Terres d’Aventure depuis vingt ans, nous conduit à travers les pentes désertiques et rocheuses du Haut Atlas, veinées d’ocre et de rouge, que l’oued M’Goun a taillées au fil du temps. Ces terres – inhospitalières au premier abord – sont parcourues par les bergers et leur troupeau de chèvres, parsemées d’habitations troglodytiques, de villages berbères et de casbahs centenaires dominant la rivière. Plus surprenants encore sont les jardins qui longent l’oued M’Goun. Je n’imaginais pas que dans ce désert de pierres puisse exister un paradis végétal aussi exubérant. Car ce ne sont pas juste quelques palmiers, mais des champs de blé et d’orge d’un vert intense, des arbres fruitiers par centaines (poiriers, pommiers, abricotiers, figuiers…), des buissons de roses à perte de vue, des amandiers en fleurs, le tout alimenté par des canaux d’irrigation qui détournent une partie de l’oued plusieurs kilomètres en amont…  C’est comme si la Normandie avait pris ses quartiers dans le désert ! De nombreuses rencontres émaillent mon voyage, parmi lesquelles celle des habitants des vallées. Lors de la nuit passée dans le village de Tamgalouna, nous participons à la construction d’une maison traditionnelle en pisé et organisons un match de foot avec les enfants du village (remporté haut la main par le Maroc). Notre dernière soirée en bivouac est animée des chants berbères de Saïd et de nos amis muletiers… Et comment ne pas parler des repas ! Des plats typiques et variés chaque jour, pour quinze personnes, concoctés par notre super cuisinier jamais à court d’idées, avec seulement un réchaud à gaz et les provisions pour la semaine transportées à dos de mules, c’est tout simplement incroyable…  Je comprends maintenant pourquoi tout le monde me poussait à découvrir le Maroc avec Terres d’Aventure. C’est un pays magnifique et d’une variété extrême, emblématique de ce qu’est un voyage Terdav : de la marche certes, mais aussi des rencontres et des émotions, et au final c’est toujours cela que l’on retient vraiment d’un voyage.

Un autre Nicolas, client Terdav celui-là, a également participé au voyage « Oasis de l’Atlas et  roses du M’Goun ». Il nous a écrit pour nous remercier de ce superbe voyage et nous envoie un très beau diaporama. Prenez le temps de feuilleter ce bel album : Oasis de l’Atlas et roses du M’Goun

Commentaire (1)
Jalil15 mai 2012 à 15 h 15 min

Ahhh oui qu’il est beau le pays où je suis né !!
Merci Nicolas pour cette récréation…De Marrakech à la vallée du M’goun en passant par le Tichka et Ouarzazate, ce n’est en effet qu’un échantillon de ce que le Maroc peut offrir comme terrains de découverte et de rencontre.
Proche et à la fois très dépaysant, par ses ambiances surprenantes et mosaïques de couleurs, le Maroc invite petits et grands au voyage, l’aventure en toute sérénité…
Parole d’un marrakchi’ terdavien.
Jalil