Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Expédition au Cho Oyu (8201m) : 1ère partie

Expédition au Cho Oyu (8201m) : 1ère partie

Par - le 10 septembre 2013
Laurent, guide Terres d'Aventure

Laurent

Vous connaissez déjà Laurent. Rappelez-vous, il a accompagné l’expédition au pic Lénine à laquelle participait Lionel, PDG de Terres d’Aventure. À peine rentré en France, Laurent est reparti pour une nouvelle aventure et non des moindres : une expédition au Cho Oyu (8201m), le sixième sommet le plus haut du monde, rien que ça. Régulièrement, Laurent nous tiendra informés des progrès de l’expédition, du moral du groupe et de la vie en haute montagne. Voici comment se sont passés les premiers jours…

© Swinelin / Le Cho Oyu

© Swinelin / Le Cho Oyu

Laurent, combien de personnes participent à l’ascension du Cho Oyu ?

ASC057-C02

Moi compris, nous sommes six Français dans l’équipe. Pour cette expédition, nous sommes accompagnés d’une équipe népalaise – trois Sherpas, un cuisinier et son aide – et d’une équipe tibétaine de yakmen. Ce sont les yaks qui achemineront le matériel d’expé jusqu’au camp de base. Pour tout ce qui a trait aux formalités liées au passage de la frontière sino-népalaise, nous faisons appel à un officier de liaison chinois.

Un officier de liaison ?

Oui, et il nous a déjà été bien utile. J’avais rapporté de la charcuterie de France et les douaniers voulaient me la confisquer. Grâce à l’officier de liaison, nous avons gardé notre précieux trésor. Vous n’imaginez pas les miracles que peut accomplir la charcuterie en haute montagne 🙂 Sans elle, le moral de l’équipe aurait pris un sacré coup.

© Patrick Le Floc'h / Le village de Tingri

© Patrick Le Floc’h / Le village de Tingri

Cela fait maintenant une semaine que vous êtes partis. Comment se passe l’expé jusqu’à présent ?

La frontière sino-népalaise

La frontière sino-népalaise

Après être restés deux jours à Katmandou, le temps d’obtenir notre visa pour la Chine, nous avons pris la route reliant Katmandou à Lhassa et passé la frontière entre le Népal et la Chine. Aujourd’hui, nous sommes arrivés à Tingri (4330m), sur le plateau tibétain. C’est le dernier village avant le camp de base et nous y passons deux nuits pour parfaire l’acclimatation.
Pour le moment, personne ne souffre de l’altitude, ce qui est plutôt de bon augure. Le temps est beau et nous profitons de paysages à couper le souffle. Depuis le village, nous avons une vue imprenable sur le Cho Oyu et l’Everest (8850m). À Tingri, c’est l’époque des moissons. Tous les paysans travaillent aux champs et nous pouvons facilement échanger quelques mots avec eux. C’est vraiment très sympa.

Commentaires (2)
stephane15 septembre 2013 à 17 h 36 min

Bon courage à tous et big up à paulan du gardien de la roche d’anozel..

Philippe18 septembre 2013 à 20 h 10 min

allo Paulo tu m’entends toi? apparemment tout démarre bien.climat ok acclimatation sans problème pour tout le monde.Ici temps pourri depuis 15 jours.t’es bien où t’es.profites à fond.
soutien sans faille du sponsor de la place du marché.