Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > La Mongolie de Valérie

La Mongolie de Valérie

Par - le 17 octobre 2016

La Mongolie de Valérie

Atterrissage à Oulan-Bator, capitale de la Mongolie. Du ciel, on distingue les yourtes éparpillées autour de la ville. On arrive juste pour la fin des fêtes du Naadam.

La Mongolie de Valérie

La ville est en fête, il y a des animations sur place Gengis Khan (anciennement Suakhbataar), une énorme statue trône sur la place et nous rappelle la grandeur de l’empire.

Les familles pausent ensemble et se font tirer le portrait par des photographes qui vendent les clichés pour quelques tugrik. L’ambiance est à la fête. Dans les cafés, nous pouvons voir des combats de lutteurs pour les fêtes du Naadam.

Le lendemain, nous partons pour LE voyage dans le parc Terelj. Peu à peu la ville s’éloigne, laissant place aux paysages de steppes et de yourtes.

La Mongolie de Valérie

A un moment, nous sommes bloqués par la rivière et embarquons tous dans un vieux camion russe qui résiste à toute épreuve. Puis, une fois la rivière passée, nous poursuivons à pied. Le soir, l’équipe de cavaliers nous rejoint. Nous communiquons comme nous pouvons, mais le langage commun est la chanson. Nous revisitons tous les classiques de la chanson française et italienne. Les étoiles tapissent petit à petit le ciel, et nous passons notre première nuit dans la steppe.

La Mongolie de Valérie

Durant les 7 prochains jours, nous allons vivre une belle itinérance au rythme du soleil et du temps. Baignade et douche dans la rivière, passage de gués, concours de ricochets, … nous revenons aux essentiels.

La Mongolie de Valérie

Le dernier soir, en compagnie des cavaliers, nous dégustons un festin mongol, un mouton cuit sur des pierres chaudes. Nous partageons ensemble ce dernier repas (les Mongols « tirent » les morceaux de viande qu’ils mangent, ne consommant que la partie qui touche un os).

La Mongolie de Valérie

Nous nous retrouvons tous autour du feu et reprenons dans nos chansons franco-italo-mongole. Le mélange est finalement assez réussi.

Nous quittons notre équipe pour retrouver une famille de nomades qui va nous accueillir pour deux jours. Ils nous laissent partager leur quotidien – fabrication de chaussons en laine, tonte des animaux, fabrication de friandises à base de fromage -, il semble que le temps se soit arrêté. Nous vivons toujours au fil des journées, nous couchant avec le soleil.

La Mongolie de Valérie

Nous quittons à regret la famille après de grandes accolades, et repartons dans notre camion russe invincible. Il est temps pour nous de retrouver la ville. Nous sortons tout doucement de cette belle parenthèse dans nos vies, la tête remplie de beaux souvenirs…

La Mongolie de Valérie