Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Le Cap-Vert vu par deux Terdaviens

Le Cap-Vert vu par deux Terdaviens

Par - le 4 janvier 2013

Il y a une destination qui nous tient à cœur chez Terres d’Aventure. Depuis vingt ans en effet, nous proposons des voyages au Cap-Vert. Un anniversaire qui d’ailleurs ne passera pas inaperçu, mais ça nous vous en reparlerons 😉 Deux Terdaviens, Claire et Jean-François reviennent du Cap-Vert et nous disent pourquoi ils repartiront sans hésiter.

© Jean-François Haize

 

Fogo, Brava et Santo Antão : chaque île du Cap-Vert est un voyage

© Claire Menassol

L’archipel du Cap-Vert est composé de 10 îles dont 9 sont habitées. Claire a choisi un circuit accompagné au Cap-Vert partant à la découverte des 3 îles principale, Fogo, Brava et Santo Antão : Cap-Vert, l’archipel dans tous ses états.
Sous la conduite de Pula, guide au Cap-Vert, Claire découvre d’abord Fogo, l’île-volcan, et entreprend l’ascension du Pico de Fogo, le point culminant de l’archipel (2 829 m), dressé au milieu d’un paysage lunaire de lave et de cendre séchées. Suivent trois jours de randonnées sur l’île de Brava, perle préservée de l’archipel, et Santo Antão, le paradis du randonneur.
À de superbes randonnées, s’ajoutent des rencontres chaleureuses : des enfants malicieux à Fogo, une hôte souriante à Santo Antão, des dîners à base de langouste ou de cachupa, le plat national capverdien, et la gentillesse infinie de Pula, le guide.

© Jean-François Haize

Santo Antão, île de montagnes vertes

Jean-François, lui, a préféré vivre une véritable immersion capverdienne en consacrant son voyage exclusivement à Santo Antão. Tout comme Claire, il a également été marqué par l’enthousiasme qui imprègne l’archipel et le professionnalisme de l’équipe partenaire de Terres d’Aventure : « des passionnés très rigoureux dans leur travail mais toujours prêts à se déhancher avec vous au rythme des musiques capverdiennes… ».

© Claire Menassol

Côté randonnées, Jean-François n’a pas été déçu. La côte occidentale, indomptée et sculptée par l’océan, contraste avec le centre de l’île, plus verdoyant avec ses cultures en terrasses. Les reliefs escarpés sont entaillés de profondes vallées où s’agglutinent les maisons de villages reculés. Le temps d’une nuit, les villageois se font volontiers hôtes pour les randonneurs, qui sont invités à dormir sur les terrasses des maisons. Une belle expérience durant laquelle se tissent des liens durables.