Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Le tour du Mont-Blanc à pied

Le tour du Mont-Blanc à pied

Par - le 13 septembre 2012

Éric, conseiller Terdav à Paris, est parti quelques jours dans le massif du Mont-Blanc. Ce massif des Alpes françaises et italiennes, chaîne de montagne la plus élevée d’Europe, est l’un des spots favoris du voyageur à pied. Éric nous raconte son tour du Mont-Blanc et nous en dit un peu plus sur cette fameuse itinérance.

À quels marcheurs conseillerais-tu cette randonnée ?
C’est « un 3 chaussures » qui s’adresse à des marcheurs bien entraînés. Contrairement à ce que beaucoup imaginent le tour du Mont-Blanc n’est pas plat. Il ne faut pas prendre le nom du circuit au pied de la lettre : on ne se contente pas d’en faire le tour. Il faut savoir que le dénivelé positif se situe entre 800m et 1000m chaque jour (il faut compter 400m de dénivelé par heure de marche en moyenne ; ndlr). En plus, pour nous éviter certains sentiers encombrés, le guide nous propose des variantes qui sont souvent plus difficiles que l’itinéraire initial.

Peux-tu nous décrire une journée-type du tour du Mont-Blanc ?
On se lève tôt, vers 7h, pour commencer notre journée de marche vers 8h, à la fraîche. Le passage des cols se fait souvent le matin, quand les batteries sont pleines. La descente se fait après le pique-nique, pris entre 13h et 13h30. Des pauses ponctuent la journée et nous permettent de profiter des montagnes qui nous entourent. Quand on arrive au gîte, on a le temps de s’installer tranquillement avant le dîner, généralement servi à 19h.

Trois mots pour décrire le glacier du Bionnassay
Euh… pluie, nuage et gris ! En fait, je n’ai pas vu ce fameux glacier. Cette étape devait avoir lieu le dernier jour, mais le beau temps n’était pas de la partie, et le guide a préféré changer le programme. Je ne regrette pas, car nous avons passé l’après-midi aux Thermes de Saint-Gervais-les-Bains. C’est vraiment idéal de finir une randonnée comme ça, de se détendre dans l’eau, de chouchouter des mollets qui ont été très sollicités.

Quel hébergement as-tu préféré ?
J’ai eu un vrai coup de cœur pour le refuge des Mottets.Ce n’est pas le plus confortable, mais pour moi c’est le type même du refuge de montagne. D’abord nous sommes hébergés ensemble dans un seul grand dortoir. Ensuite, il y a une véritable ambiance haute montagne. La salle à manger est divisée en grandes tablées, et cela permet à des convives de tous horizons de partager en toute convivialité une bonne raclette et de franches rigolades.

As-tu un souvenir particulier à partager ?
Mon meilleur souvenir, c’est la soirée dont je parlais à l’instant. Tout le monde parlait en même temps, il y avait un brouhaha incroyable, beaucoup de joie, des rires qui fusaient de toutes parts. Cerise sur le gâteau : le « bœuf » de la patronne à l’accordéon ! Elle a joué des airs connus que tout le monde reprenait en chœur. Une soirée comme celle-là fait oublier toute la fatigue de la journée.

Le tour du Mont-Blanc peut aussi être réalisé en version « confort », avec hébergement en chambre double et en version découverte.
 Et pour les plus téméraires, retrouvez l’incroyable aventure de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc®, vécue par l’équipe Terdav en août 2012.