Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Le voyage au Mustang de Jean-Bernard

Le voyage au Mustang de Jean-Bernard

Par - le 25 janvier 2012

L’idée de ce voyage au Mustang était de parfaire ma connaissance du Népal après y avoir passé 6 mois en 2007.
Professionnellement, il avait pour but de recenser les lodges qui se construisent peu à peu dans chaque village, et étudier la possibilité d’élaborer un circuit avec hébergement « en dur », nos voyages actuellement étant sous tente. Pour les lieux les plus isolés, la tente continuera néanmoins à s’imposer.
Ma motivation fut encore plus grande à la lecture du livre « Mustang, Royaume Tibétain Interdit », de l’ethnologue Michel Peissel qui fut le premier Occidental à séjourner au Mustang en 1959. Il est décédé le 7 octobre 2011 en France, alors que nous étions au village de Dakmar. Son livre paraît indispensable pour aborder ce royaume si singulier.

Le Mustang a la particularité d’être le plus petit royaume du monde, bien que sous autorité népalaise. Sa capitale, Lo Manthang, abrite encore son vieux roi âgé de 83 ans. La culture tibétaine et monastique est très préservée : les monastères sont nombreux et les cavernes d’ermites accrochées aux parois des canyons se comptent par milliers.
C’est une région encore peu accessible du fait de son isolement, mais également parce les séjours y sont réglementés (coût du permis très élevé – 500$ -, durée limitée, accompagnement obligatoire…)
Enclave tibétaine au nord du Népal, cette région est caractérisée par un climat très aride, des paysages rappelant l’Ouest américain, mais à 4000 mètres d’altitude et dominés au loin par la blancheur des 8000 mètres des Annapurnas et du Dhaulagiri.

Nous sommes partis à 2, accompagnés de notre guide Ganesh, et avons sillonné durant 9 jours ce royaume interdit, émerveillés par les paysages et la beauté des villages, qui plus est, à l’époque des récoltes de l’orge et du sarrasin. Comme le développement des lodges est encore lent, nous avons eu la chance d’être accueillis chez l’habitant pour au moins la moitié des nuits, ce qui nous a permis des rencontres et découvertes très riches. Le confort était de temps en temps plus que rudimentaire (une tente aurait parfois été plus confortable), mais nous étions curieux de découvrir le quotidien de ces paysans. La présence de Ganesh fut d’une grande utilité pour la communication car ils ne parlent que tibétain et népalais. Nous devions rencontrer le roi, un rendez-vous était même prévu, mais le jour J, ce dernier était souffrant et s’est malheureusement décommandé.

A la sortie du Mustang, nous avons poursuivi notre fabuleux voyage en descendant la vallée de la Kali Gandaki, versant ouest du Tour des Annapurnas, croisant au passage des pèlerins bouddhistes, mais aussi hindouistes, qui se rendaient aux sanctuaires de Muktinath. Nous avons également suivi le pas durant 3 jours d’un groupe Terdav qui finissait le Tour des Annapurnas. Nous les avons quittés après un bon bain aux sources chaudes de Tatopani, et bifurqué vers le cœur des Annapurnas, pour gagner le camp de base (ou sanctuaire) à 4100 mètres. Le spectacle en arrivant sur le site était tout à fait extraordinaire, gommant immédiatement la contrariété de la fréquentation des chemins d’accès. Un cirque dont les crêtes et les cimes oscillent entre 6000m et les 8091 mètres (l’Annapurnas 1 bien sûr) depuis lesquels dévalent d’imposantes langues glaciaires.
Nous sommes rentrés à Pokhara après 18 jours de marche, et des cartes mémoires d’appareil photos pleines à craquer ! C’était notre fabuleux voyage au Mustang !

Jean-Bernard Desbat, équipe Terdav Lyon

 

Commentaire (1)
Carole M27 janvier 2012 à 23 h 43 min

Bravo pour ce merveilleux récit.
Carole M (Guadeloupe)