Accueil  > Actu > Madagascar, l’île Rouge des ancêtres

Madagascar, l’île Rouge des ancêtres

Par - le 23 mai 2014

© David Brunet - Nosy-Be - Madagascar
Ils vous regardent droit dans les yeux, perchés sur leur branche de palétuvier. Tout autour, s’enchevêtre une variété inouïe d’espèces endémiques. Le soleil parvient à se frayer un passage parmi cette flore exubérante, dardant ses rayons sur ces lémuriens aux yeux écarquillés. Bienvenue dans la forêt primaire de Madagascar.
Dans le nord de l’île Rouge, au milieu de cette végétation luxuriante, l’esprit des ancêtres reste très présent. Poussé par la curiosité, Eric Babikian, accompagnateur  « fétiche » de Terdav, a voulu explorer cette partie de l’île encore méconnue. Avec l’aide de quelques guides malgaches, il est parti tailler à la serpette de nouveaux sentiers de randonnée, pour construire à son retour de nouveaux voyages sur l’île continent. Cap sur ces terres remarquables.

Le nord de Madagascar


A la pointe nord de l’île, face au canal Mozambique, s’étale l’incroyable baie de Diego Suarez. Un site unique à partir duquel débute une longue randonnée sur la ligne de crête surplombant la mer, menant à un bivouac sur une plage de bout du monde, dans la baie du Courrier.
Après avoir traversé une magnifique savane arbustive, les premiers Tsingy apparaissent. Les pluies et l’érosion ont façonné la pierre qui s’érige en structures éphémères verticales et tordues, dont on ne sait s’il faut s’émerveiller ou avoir peur.
Rouges dans le massif de l’Ankarana, les Tsingy sont à Madagascar ce que les stalactites sont aux grottes, indissociables et fantasmagoriques. Des grottes tout aussi exceptionnelles qui nous attendent depuis des milliers d’années sous ce massif. Les guides racontent que les ancêtres s’y sont cachés et que certains y sont restés… Un réseau souterrain d’où sortent d’interminables lianes, et des arbres démesurés prêts à s’écarteler pour rejoindre la lumière du ciel, hydratés par des rivières au fond des canyons dans lesquelles on plonge, émerveillé par cette terre mystique et puissante.
© David Brunet - Nosy Komba - Madagascar © Karen Coppock - Parc National d Andasibe-Mantadia - Madagascar
On retrouve l’air libre avec délectation lorsqu’il s’agit d’aller rejoindre la presqu’île d’Ampasindava, magnifiquement sauvage. Ses côtes vierges sont idéales pour découvrir, avec une vue sur l’océan Indien permanente, les villages garnis d’arbres du voyageur et de bambous, et leurs plantations qui embaument la vanille et l’ylang-ylang. Quelques sauts de puces de plage en plage carte postale, des face-à-face impromptus avec des tortues géantes et des lémuriens, et le paradis n’est pas loin. Il s’appelle Nosy Komba, Nosy Iranja ou Nosy Be. Un cabotage de plus et Nosy Tanykely ouvre ses barrières de corail pour laisser les plongeurs entrer dans sa caverne d’Ali Baba sous-marine.
Tout au long du voyage, les caméléons observent, amusés, ces voyageurs émerveillés. Madagascar et ses habitants, à l’ineffable sourire, a encore bien des surprises à dévoiler.

La presse en parle : lisez l’article de l’Est Magazine 😉

 

© David Brunet - Massif de l Ankarana - Madagascar

Commentaire (1)
Dilann14 août 2014 à 18 h 25 min

Bonjour ,

Merci infiniment pour ce beau reportage sur Madagascar

Amicalement
Dilann