Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Plante ton arbre au Sénégal – 5 jours

Plante ton arbre au Sénégal – 5 jours

Par - le 21 octobre 2011

Des nouvelles de nos Toubabs planteurs – Carnet de route de mission au Sénégal


J1/Paris -Dakar

Arrivée lundi soir à Dakar : Octavio, un membre d’Océanium et coordinateur du voyage, accueille le groupe sous une chaleur torride et humide. C’est un réel dépaysement, ça grouille de gens, de vielles voitures et de vélos. Des hommes courent, des femmes traversent la rue de façon anarchique. Le sol est jonché de détritus, sorte d’immense poubelle à ciel ouvert. Après un dédale de rues aux habitations précaires, arrivée à l’hôtel. Un espace protégé et arboré. Le chant des oiseaux crée une parenthèse enchantée.

J2/ Dakar-Joal
Le lendemain, départ pour Joal : Rencontre de Karim, personnage charismatique et très engagé, chef de zone auprès d’Océanium. Il explique le combat qu’il mène quotidiennement pour lutter contre les pêcheurs clandestins et les filets de pêche en plastique. Les toubabs assisteront à une arrestation de bateaux interdits qui se déroule sans agressivité et avec dérision.
Départ pour le port de pêche de Joal, le plus grand port de toute l’Afrique de l’ouest.
C’est un endroit incroyable, Des gens qui s’affairent dans tous les sens. C’est le vertige. Après ce tourbillon d’odeurs, de bruits de mouvements et de couleurs, il est l’heure de voir de nuit l’éclosion d’œufs de tortues marines. Pas de chance, ce ne sera pas pour ce soir, leur naissance pourtant imminente n’aura pas lieu !

J3/ Journée de reboisement à Simal
Le lendemain, départ pour rejoindre la zone de plantation. Le 4×4 s’embourbe…et retarde l’arrivée. Là, sous un soleil de plomb, la plantation commence avec le « coaching » très actif de Karim. L’effort physique ne me pèse pas mais le manque d’eau et le soleil se fait sentir.
Après 3 h de navigation, arrivée dans un village au milieu de la mangrove : Djirnda.  Les habitations sont très sommaires mais construites dans des matériaux solides. Rencontre des habitants et des étudiants de Dakar très impliqués dans la cause écologique d’Océanium.

Un diner aux crevettes (un vrai régal) couronne cette journée. Nuit sous moustiquaires et heureusement !!!

J4/ Journée de reboisement dans les îles (zone de Djirnda, Mar, Dionewar)
Femmes, étudiants, enfants et 8 toubabs sans oublier Octavio et son GPS, embarquent pour la zone de plantation. Les mamans sortent les barils et les calebasses, jouent des percussions et chantent pour se donner du courage. Ambiance magique dans la pirogue.
Sur le terrain, le rythme est pris, c’est moins difficile que la veille, des nuages sont là pour nous protéger. Le poto poto est rempli de palourdes. Retour au village et après des adieux pleins d’émotions, départ en pirogue pour l’écolodge Cœur Bamboung.
La navigation, de nuit, sans lampe, sans repères simplement éclairé par un ciel étoilé magnifique et des éclairs d’orage sec, est une réelle aventure !

A l’arrivée, c’est sublime, le logement complètement écologique avec récupération des eaux de pluies et des capteurs solaires. Avant d’aller dormir, douche extérieur sous  ciel splendide. C’est magique.

J5/ 3ème jour de plantation
Les femmes sont excitées comme des puces, elles chantent, rient. Retour à Bamboung, baignade, pétanque, jeu, détente…

J6/ Après cette halte paradisiaque,
retour à Dakar puis Paris

Les témoignages des planteurs
« Un grand merci à la Fondation pour cette incroyable expérience sur le plan humain où petits et grands se mobilisent et s’entraident quotidiennement dans la bonne humeur et prennent conscience qu’il faut agir vite pour la Planète.
Je garderai en tête une expérience inoubliable de ce voyage avec de belles rencontres, des moments forts chargés d’émotions, de beaux sourires et fous-rires et des gens adorables ayant le sens de l’accueil, avec notamment sur les pirogues, les chants et danses improvisés des femmes au son des tams-tams ! Moments magiques et intemporels !
Bref, ce voyage m’a permis de mieux comprendre de manière concrète (les pieds dans le poto poto !) les enjeux à la fois humains et environnementaux menés par Océanium et ce, depuis quelques années ! J’en reviens donc avec des souvenirs plein la tête et intenses, des étoiles dans les yeux et une envie de repartir et surtout de partager. Merci à vous tous pour cette expérience enrichissante ! »
Candice

Ca été un voyage totalement dépaysant, tant par les paysages, la nourriture, les modes de transports, etc…On comprend également mieux le mode de fonctionnement de la fondation, et l’implication des habitants pour la replantation de la mangrove.
Difficile par moment, notamment la nuit, à cause de la chaleur humide.
Je retiens de ce voyage une bonne ambiance avec le reste de l’équipe, toutes nos navigations en pirogue par tous temps (de nuit, sous la pluie ou le soleil), la nourriture locale très bonne (riz, poisson, légumes et fruits locaux savoureux), l’accueil de la population, surtout dans les petits villages.
Cécile

« Une superbe semaine. Des familles Sénégalaises adorables. L’énorme travail de la fondation. Que du plaisir. »

Eric

« Bien rentré, bien revigoré de mon coté ! L’expérience fut intense et très enrichissante également ! Voici un bel exemple de ce que l’on peut appeler un voyage solidaire ! Partage, don de soi et minimisation de l’impact écologique : « seule reste l’empreinte de nos pas » (plus qq autres ds l’avion !) »
Jean-Baptiste

Commentaire (1)
Julie24 octobre 2011 à 8 h 15 min

Bravo a toute l’équipe qui a contribué a planter quelques hectares!!!
Merci pour votre participation et votre enthousiasme