Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Sylvain Bazin, l’american dream à vélo #2 – San Francisco

Sylvain Bazin, l’american dream à vélo #2 – San Francisco

Par - le 7 juillet 2016

Sylvain Bazin, l’american dream à vélo #2 - San Francisco

Voici maintenant près de quinze jours que ,nous avons commencé l’American dream à vélo. Nous roulons à vélo le long de la côte californienne que nous avions rejoint au nord de San Francisco, à Bodega Bay, après un « détour » à l’intérieur des terres dans le vignoble de la Napa Valley.
Que de tours de pédales donnés, de miles parcourus(ici on ne parle pas de kilomètres!), de pentes franchies à la force des mollets! Mais aussi, et surtout, que d’émerveillements, de belles surprises et de contemplations. La côte californienne est belle comme on la rêve, et peut-être même différente encore.

Une côte calme et sauvage au nord de San Francisco

Sylvain Bazin, l’american dream à vélo #2 - San Francisco

Car après Bodega Bay, ce ne sont pas forcément les larges plages de sable fin peuplées de surfeurs aux cheveux longs que nous avons d’abord rencontré. Nous avons d’abord trouvé un littoral découpé, de très belles baies sauvages où les huîtres sont charnues à souhait, ponctuée de passages dans une campagne qui sent bon une amérique tranquille et rurale. Ce fut ainsi que nous sommes arrivés à nouveau à San Francisco, après avoir tout de même contemplé Stinson Beach et les beaux séquoias géants de la forêt de John Muir. Des arbres millénaires préservés comme une richesse nationale.

Le Golden Gate Bridge à vélo!

Sylvain Bazin, l’american dream à vélo #2 - San Francisco

L’arrivée à San Francisco, c’est bien sûr le passage obligé et mythique par le Golden Gate Bridge : pas forcément le moment que j’ai préféré à vélo, mais c’est tout de même impressionnant. Le vent y souffle plutôt fort. Nous avons ensuite retrouvé les rues de Frisco et leurs pentes, qui nous ont parfois obligé à mettre pied à terre.
La sortie de la ville, par le sud, se fait presque facilement : l’immense parc du Golden Gate est un havre de paix pour les coureurs, les promeneurs et les cyclistes de la cité et mène directement à de larges plages, encore désertées par les baigneurs en cette fin juin, l’eau étant encore trop froide ici.
Nos premiers campings après San Francisco sont charmants : de Half Moon Bay à New Brighton State Beach, nous contemplons en pique-niquant les vagues du Pacifique, après les avoir admiré presque toute la journée : notre parcours longe quasiment sans arrêt les flots. Le profil du littoral est plutôt découpé, certaines falaises, certains rochers, sont impressionnants. Les pentes sont rudes mais les panoramas en haut valent vraiment l’effort.
Nous pouvons aussi découvrir le souffle d’une baleine, l’aileron d’un dauphin. Les oiseaux de mer, mouettes mais aussi pélicans, font aussi le spectacle. Enfin, les phoques et les éléphants de mer sont légions sur cette « midle coast ».

Les forêts et les falaises de Big Sur

Les étapes suivantes nous emmènent à Big Sur, une région connue pour ses forêts, ses arbres immenses (encore des séquoias!) et son littoral impressionnant, fait de falaises, de roches, de criques et de canyons. C’est effectivement très beau et même si la difficulté des étapes s’accroît alors, les vues et le paysage sont à la hauteur.

Sylvain Bazin, l’american dream à vélo #2 - San Francisco

Nous alternons entre nuits au camping, où nous chérissons le système en vigueur ici qui réserve quelques places au « hiker- biker » qui n’ont pas besoin de réserver alors que tous les autres emplacements sont déjà bondés depuis des mois, et où nous rencontrons quelques autres cyclistes, souvent partis avec des chargements très légers pour le week-end, et quelques nuits en motels pour mieux nous reposer.
Nous apprécions aussi toujours beaucoup l’ambiance qui règne ici : de nombreux passants nous encouragent, nous demandent où nous allons, engagent la conversation quelques instants, ce qui est toujours agréable.
Dans quelques kilomètres, nous allons quitter les falaises de Big Sur pour retrouver des dénivelés plus légers vers la côte sud que nous abordons maintenant.

Sylvain Bazin, l’american dream à vélo #2 - San Francisco