Accueil  > Points de vue > Récits de voyages > Une équipe de Terdaviens de retour de Vénétie

Une équipe de Terdaviens de retour de Vénétie

Par - le 23 avril 2012

Un déplacement professionnel en Vénétie…  De la part d’un spécialiste des voyages à pied, cela peut surprendre au premier abord… Terdav serait-elle devenu folle ?! Non non, bien au contraire. L’idée peut paraître osée, mais le challenge était intéressant : comment proposer des voyages dans une des villes les plus célèbres sur la scène du tourisme culturel d’une manière décalée ? Autrement dit, comment imaginer un voyage à la découverte de Venise et ses environs en gardant l’esprit Terdav ?

Une équipe de Terdaviens s’est rendue sur place pour défricher le terrain, et se rendre compte que cette idée était loin d’être farfelue !

Voilà le récit de cette expérience unique qui, nous espérons, saura vous convaincre d’aller découvrir, ou redécouvrir, la cité des Doges et ses environs…


Lundi 2 avril aux aurores, départ pour l’aéroport de Roissy CDG et un vol direction Venise. Attention, nous ne sommes pas spécialistes du voyage d’aventure pour rien. A peine arrivés des quatre coins de la France et de Suisse, notre belle équipe enfile sa première casquette :

1.      Celle de cycliste !

Après un court transfert pour rejoindre Trévise, nous chevauchons nos beaux vélos et partons à la découverte des ruelles de la « petite Venise » : Trévise c’est exactement l’Italie comme on se l’imagine, des petites places pavées, des palais somptueux, les odeurs de poissons trahissant le marché du matin fraîchement remballé…  et oui malgré le réveil à 4 heures du matin, nous l’avons quand même manqué celui-là !

Nous continuons notre chemin le long de la rivière Sile (classée Parc Naturel) qui s’écoule paisiblement vers le sud en direction de la lagune et la mer Adriatique. Après une petite pause à Casale (pour un premier Spritz* !), nous poursuivons encore quelques kilomètres pour rejoindre la base de notre correspondant italien où nous attend un pique-nique revigorant et apprécié…

Nous chapeautons alors notre seconde casquette :

2.      Celle de canoéiste sur un raft !!

Définition : « n m/f canoéiste [kanɔeist] sportif qui pratique le canoë »

Nous voilà embarqués à bord d’un raft pour une petite balade bercée des doux chants traditionnels italiens fredonnés par Jean-Claude le légendaire, nous permettant de découvrir les demeures anciennes bordant la rivière, une nature préservée et tranquille, sans oublier les descriptifs animaliers d’Eric, l’encyclopédie ornithologique de Terdav.

Cette petite heure de « canot-raft » a été très appréciée pour reposer nos petits fessiers !

De Quarto d’Altino, nous reprenons notre minibus pour contourner la lagune par l’est pour atteindre Punta Sabbioni, situé au bout du Cavalino. De là, nous continuons en bateau privé pour rejoindre l’île de la Certosa…

La Certosa vu par Eric…. « un ilot de verdure en face de Venise à 10 minutes de la place Saint-Marc. Interdite au tourisme de masse et à l’hôtellerie de luxe, c’est ici que Terres d’Aventure a choisi d’installer sa base nautique et son campement. Ancienne base militaire rendue à l’Etat il y a quelques années, l’île a fait l’objet de la part des autorités locales d’un choix de développement éthique et social avec la création d’une école de design, d’un atelier de réparation de bateaux et sa marina, un petit hôtel et… une base nautique avec son campement de tentes « africaines » destiné au tourisme sportif et non intrusif. Bref, le cadre idéal pour proposer une découverte de Venise et sa lagune d’une façon unique ! »

 

C’est donc de cette île, idéalement située  face à Venise, à partir d’un campement de grandes « tentes africaines »  que nous avons imaginé un nouveau programme qui permet de découvrir la lagune de Venise façon Terdav !

Lors de notre passage, les tentes n’étaient pas encore installées. Cela sera chose faite à la fin du mois d’avril… Nous ne manquerons pas de publier sur notre site les photos des tentes !

Le lendemain, nous coiffons notre troisième casquette :

3.      Celle de kayakistes !!!

Eric, un mot sur cette excursion ?

« La gondole ? Trop ringard !

Le vaporetto ? Trop commun !

Le hors-bord ? Trop « m’as-tu vu » !

Non, le top pour découvrir Venise et sa lagune c’est le canoë-kayak : harnachés façon cosmonautes, le biceps saillant et l’étrave profilé on part à l’assaut de Venise et sa lagune sous le regard ahuri des touristes conventionnels. »

Quelle expérience en effet que de sillonner la lagune en kayak… Contre vents et marées, nous arrivons en deux petites heures sur Burano, bercée par une belle atmosphère apaisante. Nous sommes éblouis par les différentes façades colorées des maisons de pêcheurs. Comme si quelqu’un avait lancé une compétition au Moyen Age ; une tournée de Spritz à celui qui aura la maison la plus colorée et la plus originale avec un petit jardinet digne des comtes de Grimm en prime !

Après le casse-croûte, nous repartons sur nos embarcations et ramons avec force, vigueur et détermination jusqu’au monastère de San Francesco del Deserto. En cette fin de journée, nous retournons au « campement » un peu fatigués mais charmés par cette nouvelle expérience…

Ce soir, nous regagnons Venise en vaporetto où Pierre nous a réservé un petit resto aux spécialités locales… ah ces pâtes aux artichauts, quel souvenir !!! !

Cette soirée nous donne un avant goût de ce qui nous attend le lendemain …

En ce troisième jour, nous mettons notre quatrième casquette…

4.      Celle de marcheurs !

Venise vu par Jean-Claude…

Saturée, envahie, chahutée par ses millions de visiteurs, Venise n’est plus celle des Doges, on ne croise plus les aventuriers qui débarquaient dans ce qui était autrefois le plus important port de méditerranée et les gondoliers ne chantent plus vraiment « leur soleil » aux amoureux. Elle reste cependant un lieu hors du temps, une bulle dans laquelle les vénitiens ont su préserver leur quotidien et qui dévoile ses charmes à qui sait se perdre dans les arabesques que forment ses ruelles et ses canaux. Ses murs chargés d’histoires et de secrets sont aussi un monde dans lequel notre imaginaire déambule. Venise n’est pas superflue, son atmosphère inspire toujours l’âme des explorateurs que nous sommes. C’est un lieu unique, un joyau du génie humain qui arrive encore à surprendre le voyageur du XXIème siècle.

Qu’à cela ne tienne, il n’y a pas que dans les étendues de la pampa argentine ni dans les déserts africains qu’il est possible de se lancer dans une vraie et belle marche. Car attention, il y a ceux qui se rendent à Venise pour se « gondoler » et ceux, comme nous, qui veulent partir à l’assaut des centaines de ponts de la cité et de ses innombrables ruelles. Et là, Venise est un « terrain de jeux » extra – ordinaire !

En fin d’après-midi, nous prenons le vaporetto pour l’île de Murano, l’île des souffleurs de verre. Là encore une réelle découverte, comme une « mini Venise » avec toujours la lagune en vedette et une atmosphère plus paisible.

Après le dîner, nous continuons notre découverte, nocturne celle là, et Julien nous guide vers les endroits les plus reculés et les moins fréquentés de la ville. Tant et si bien que nous pensons être égarés…

Pff, Julien nous a bien baladés ! Il a voulu nous faire peur avec ses « Je ne suis pas sûr que c’est vraiment par là en fait… », et nous arrivons exactement à l’endroit où nous voulions nous rendre (que nous tairons d’ailleurs sur ce blog, sinon y’a plus de surprises… mais c’est un lieu idéal pour un dernier Spritz avant notre retour)

Voilà, c’est la fin de  ces 4 jours « d’expédition » riches en découvertes  qui ont conquis toute l’équipe !

Le challenge a été relevé : il est tout à fait possible d’aborder un des sites les plus célèbres au monde sans pour autant être absorbé par la cohue de touristes. Et ainsi profiter d’un cadre unique de façon inoubliable…Il ne vous reste plus qu’à venir le constater par vous-même, nous avons plein de chouettes voyages Terdav dans cette région 🙂

PS : *Le spritz… apéritif typique de Vénétie qui nous a accompagné tout au long de notre parcours… La recette… de l’apérol, du prosecco, de l’eau gazeuse et une fine tranche d’orange… un vrai délice après une journée d’efforts 🙂

A consommer avec modération cependant ! (hips)

Commentaires (2)
Paolo23 avril 2012 à 19 h 07 min

Pour votre info on trouve Aperol en France chez Nicolas et Monoprix. Spritz time!

Catherine Loury (Iliona)24 avril 2012 à 10 h 05 min

C’est une excellente idée et on fait facilement 25km par jour (!), au fil des canaux, des ponts, des ruelles. Rajoutez-y un peu de « piment liquide » en période d’Acqua Alta, imprévisible entre automne et printemps : aventure assurée, parole d’exploratrice de la Sérenissime depuis plus de 7 ans . Catherine Loury (Iliona)