Accueil  > Terdaviens > Conseils d'expert > Du parc national du Simien à Lalibela avec Éric, guide Terres d’Aventure

Du parc national du Simien à Lalibela avec Éric, guide Terres d’Aventure

Par - le 30 octobre 2013

Éric, guide Terres d’Aventure, a découvert l’Éthiopie en accompagnant la « Grande traversée du Simien à Lalibela ». Il revient pour nous sur ce beau voyage.

Parc du Simien / © www.vincentgaudin.com

Parc du Simien – Éthiopie – © www.vincentgaudin.com

Connaissais-tu l’Éthiopie ?

Non, mais j’avais très envie d’y aller. Une partie de l’histoire et de la culture éthiopiennes est commune à celles du Yémen, un pays auquel je suis très attaché.

À qui conseillerais-tu cette grande traversée ?

À des marcheurs confirmés qui aiment aller là où tout le monde ne va pas. Ceux qui ne craignent pas les longues journées de marche (7h en moyenne) et l’ascension de sommets de plus de 4000m, découvriront une Éthiopie sauvage et préservée.

Le parc national du Simien se prête-t-il à la randonnée ?

Prêtre orthodoxe à Lalibela / © C. Ravier

Prêtre orthodoxe à Lalibela – Éthiopie

Les paysages de moyenne et haute montagne qu’on traverse dans le parc sont idéals pour la randonnée. Les premiers jours, on marche à des altitudes flirtant avec les 3000-3500m. C’est assez sportif : du cinquième au neuvième jour le dénivelé positif est compris entre 800 et 1000m. On atteint alors une ligne de crête que l’on suit un moment, et de laquelle on a une vue imprenable sur les contreforts du plateau, ses villages et sa vie rurale. Nous étions en période de moisson et vus de haut, les champs formaient un patchwork coloré allant du vert tendre au bronze lumineux.

Ensuite on gagne la haute montagne, avec l’ascension du point culminant de l’Éthiopie, le Ras Dejen (4600m). Pour atteindre le sommet on traverse des forêts de lobélies, des arbustes hirsutes particulièrement présents dans le parc. Et si l’on est attentif, on a de fortes chances d’apercevoir des babouins geladas, des antilopes ou encore des bouquetins d’Abyssinie.

Quels sont les paysages traversés dans la seconde moitié du circuit ?

Parc du Simien / © H. Le Pelley

Parc du Simien – Éthiopie

La seconde partie est vraiment différente. Comme nous sommes plus bas, à 1200m environ, il fait beaucoup plus chaud que dans le Simien et de ce fait, les paysages sont plus arides, seulement hérissés de baobabs, d’acacias et de bosquets d’épineux. L’avantage de cette seconde partie, c’est que nous marchons en suivant la rivière Tekeze et que nous pouvons nous y baigner à l’heure du pique-nique ou en fin de journée. Et enfin cette région est peu fréquentée.

Châteaux de Gondar / © www.vincentgaudin.com

Châteaux de Gondar – Éthiopie – © www.vincentgaudin.com

Quelles sont les images que tu retiens ?

J’ai beaucoup aimé les palais et châteaux de Gondar, que l’on visite au début du voyage. C’est assez étonnant de voir se dresser leur silhouette, presque identique à celle des châteaux forts du Moyen-Âge européen, en Éthiopie.
Je garde aussi en mémoire la scène, quotidienne et immuable, de la préparation du café par décoction. C’est la méthode la plus ancienne, par laquelle on porte à ébullition la mouture mélangée à de l’eau. Ce rituel a en Éthiopie, une signification particulière, puisque le caféier serait originaire d’Éthiopie, dans la province de Kaffa, une ville qui a d’ailleurs donné son nom au précieux breuvage.