Accueil  > Terdaviens > Terdav de l'intérieur > Navigation dans les îles Éoliennes avec des journalistes

Navigation dans les îles Éoliennes avec des journalistes

Par - le 17 avril 2014

© Eric Balian / îles Eoliennes

Donner rendez-vous à 7 journalistes un 1er avril pour partir dans les îles Éoliennes aurait pu nous exposer à la mauvaise blague de n’avoir personne en salle d’embarquement. Pourtant ils étaient tous présents malgré l’heure très matinale du vol. Il est aussi vrai que partir 5 jours sur un magnifique caïque à la rencontre des plus impressionnants volcans d’Europe ne pouvait pas laisser indifférent.

Au fait, c’est où les îles Éoliennes ?

© Eric Balian / îles EoliennesLa question a traversé l’esprit de certains. On en a entendu parler, mais de là à les situer sur une carte… Ces petites îles sont à quelques encablures au nord de la Sicile. Le nom de chacune et des volcans qui les habitent sont plus évocateurs : Vulcano, Stromboli, Lipari, Salina, sans oublier leur grand frère qui les surveille depuis la Sicile du haut de ses 3350m : l’Etna. Embarqués sur notre bateau à Milazzo, nous avons navigué jusqu’à Salina, l’île aux deux volcans endormis, la plus verte de l’archipel. La douceur de l’après-midi et du vin blanc doux servi par Carlo Hauner, producteur local de Malvasia, ont été un parfait préambule au merveilleux dîner sicilien préparé à bord par Valentina.

Les îles Éoliennes à bord d’un caïque

© Eric Balian / îles Eoliennes

Ce caïque de 8 cabines est un superbe bateau tout en bois. Le grand pont avant en teck, les cabines très confortables avec sanitaires privés, le carré arrière avec une grande table et de grands espaces pour s’allonger en font un très agréable camp de base pour découvrir chaque île. Salvatore, le capitaine, et son fils Angelo , en grands professionnels de la mer nous conduisent sans encombre de Salina à Stromboli. Au fil de notre navigation le cône parfait du volcan nous apparaît de plus en plus grand.

 

© Eric Balian / îles Eoliennes © Eric Balian / îles Eoliennes

Stromboli et Vulcano : entre éruptions volcaniques et fumerolles soufrées

Le sommet culmine à près de 900 mètres. 900 mètres que nous grimpons en compagnie de notre guide de montagne. Et dire qu’il y en a plus 2000m sous la mer ! La montée est raide, mais la magie d’Iddu, comme l’appellent les Stromboliens, commence à opérer. La terre tremble sous nos pieds, les grondements se font de plus en plus forts. L’arrivée au sommet est un pur moment de bonheur : toutes les 10 minutes, l’un des 5 cratères du volcan crache des gerbes de laves à plus de 50 mètres. Qui aurait cru qu’à 2 heures d’avion de Paris il serait possible de monter sur un volcan en éruption ? La vue du cratère depuis le bateau la nuit est tout aussi impressionnante. Les gerbes de lave scintillent d’un rouge vif et émerveillent les amateurs de belles photos que nous sommes.

© Eric Balian / îles Eoliennes
Après une nuit de navigation, un autre spectacle nous attend : la montée dans le cratère de soufre du volcan Vulcano. Nos guides siciliens, Simona, Francesco et Igor, nous accompagnent sur ce sommet plus accessible que celui du Stromboli. Les traversées de fumerolles et vapeurs de soufre sont tout aussi impressionnantes que les éruptions du Stromboli.

© Eric Balian / îles Eoliennes

Et pour ne pas gâcher notre plaisir, la vue du haut de Vulcano est époustouflante : Lipari, Salina, Panarea et Stromboli s’offrent à nous sans retenue.

Un détour par le volcan plus haut d’Europe : Etna

Mais dans les îles Éoliennes, Éole reste le roi. Le Sirocco commence à monter et nous impose de rapidement rentrer vers la côte sicilienne. Bien nous en a pris car, dans la nuit, des rafales à force 8 souffleront au large de Milazzo. Cet imprévu sera finalement une aubaine : l’Etna qui ne nous attendait pas nous verra aussi gravir ses pentes. Exit l’ambiance bord de mer des Éoliennes. Nous nous retrouvons à presque 3000 mètres avec de grandes pentes enneigées, des blocs de glace sur lesquels se succèdent une alternance de neige et de cendre volcanique. Sa majesté Etna crache régulièrement des jets de cendre et nous rappelle que deux mois plus tôt de grandes coulées de lave dévalaient ses flancs.

© Eric Balian / îles Eoliennes © Eric Balian / îles Eoliennes

De retour sur le caïque avant de rentrer sur Paris, nous sommes tous conquis : quelle « claque» ce voyage ! Mer, montagne, volcans en éruption, gastronomie et accueil chaleureux et ensoleillé de nos collègues siciliens.
Pour ma part, c’était la troisième fois que je me rendais dans les îles Éoliennes et je peux vous dire que la magie d’Iddu est toujours aussi ensorcelante. Les étoiles de mes yeux d’enfant se sont à nouveau illuminées, au rythme des éruptions.
Un grand merci à Simona, Valentina, Vanessa, Igor, Francesco, Angelo et Salvatore pour leur accueil et leur gentillesse.

© Eric Balian / îles Eoliennes