Ninja s’en va

Par - le 4 juillet 2011

Tout est dans le titre. C’est avec l’émotion à fleur de clavier que nous rédigeons aujourd’hui ce post : Janine part à la retraite. The Janine, notre Janine, responsable des voyages en Inde chez Terdav. Oui, c’est génial, on est très content pour elle aussi hein, même si on a l’œil qui brille. Et pour que vous partagiez un peu de cet incroyable personnage 100 % Terdavien qu’est Janine, nous lui avons posé quelques questions avant qu’elle ne file tout droit au Rajasthan :

Comment t’est venu ce goût pour l’aventure ?
Il y a quelques années, j’ai eu la chance de rencontrer le pionnier des trekkings en France et de partir avec lui. Ce guide-moniteur de ski a été le premier à monter des groupes de randonnées français à travers le monde. Je fais aussi partie d’une famille de voyageurs, mes ancêtres sillonnaient déjà l’Europe au début du siècle. Mon goût pour l’aventure vient de cette combinaison: mes racines et cette rencontre.

Et cette passion pour l’Inde ?
C’est une histoire en deux temps. J’ai décidé un jour de partir au Népal par la route. J’ai traversé en voiture l’Europe, la Turquie, l’Iran,  l’Afghanistan, et je suis arrivée en Inde. Mais je n’y suis restée que très brièvement, j’avais hâte de rejoindre le Népal, un pays beaucoup plus tranquille. C’est vrai qu’à l’époque les conditions de voyage étaient vraiment dures, il n’y avait pas beaucoup de touristes. C’était pendant la guerre entre l’Inde et l’ancien Pakistan Oriental, aujourd’hui Bangladesh. Il y avait beaucoup de réfugiés dans cette zone mais aussi des bandits. J’ai le souvenir d’un voyage de nuit en train pour rejoindre le Népal par la plaine du Gange dans le Nord. Ils avaient mis tous les européens dans un seul wagon avec des gardes armés, pas vraiment rassurant. Mais j’ai décidé d’y retourner quand même, pour voir une seconde fois…et ce fut le coup de foudre.

Tu dis que l’Inde ne laisse personne indifférent…
Je pense que c’est un pays que l’on aime ou que l’on déteste, passionnément. Certains vous diront dès le premier abord qu’ils ont détesté et ils n’y mettront plus jamais les pieds. Mais si on aime…alors on y retourne tout le temps ! Il n’y a pas vraiment de demi-mesure.

Le pays est immense…Ton voyage coup de cœur?
Le Rajasthan profond, dans les petits villages. Les gens nous accueillaient les bras grands ouverts, ils donnaient le peu qu’ils avaient. Les couleurs y sont incroyables, c’est la région des turbans, des tons ocre, des maharajas. On découvrait les palais donc à la fois le luxe et la pauvreté. On était vraiment hors des sentiers battus à l’époque, maintenant cela a un peu changé.
Si je devais conseiller une seule journée en Inde, je dirais d’aller dans le sud, dans le Kerala et à Köchi. La vie y est plus facile, il fait beau, les gens sont accueillants et plus gais que dans le Nord où les populations sont plus pauvres et le climat est plus rigoureux.

Qu’est ce qui rend l’Inde unique ?
C’est un pays de diversités : ses régions, ses langues, ses religions. L’Inde est unique par ses multiplicités. Rien que dans sa géographie : on a des hautes montagnes, des fleuves sacrés extraordinaires, il y a du désert, des campagnes et des bords de mer. Tout cela donne au pays une dimension incroyable que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Aujourd’hui le développement économique bat son plein. On le voit déjà au niveau de la circulation : pas mal d’indiens ont désormais des voitures (mais les infrastructures ne sont absolument pas adaptées). Il y a une classe moyenne qui a énormément d’argent : ils dépensent sans compter et on le voit. Beaucoup d’universités sont créées ainsi que les médias et la télévision qui se développent très rapidement.

Un moment de la journée où tu te sens chez toi là-bas ?

Au Rajasthan, lors de la rentrée du bétail au coucher du soleil. A Cochin, on peut manger une brochette de poissons en regardant les pêcheurs rentrer avec leurs filets chinois. Sur la plage le soir à Bombay, entre 18h et 21h quand il fait plus frais. Les familles se promènent. Et aussi dans les cafés. Les gens vivent très tard le soir en Inde, surtout dans les villes. Dans les campagnes ils vivent avec le rythme du soleil. Mais là où il fait chaud c’est sûr que c’est plus sympa de prendre l’air frais du soir. Ce que je fais toujours à Delhi, c’est le brunch à l’Impérial le week-end ou un verre en fin d’après midi…bon je vous laisse hein, j’ai une valise à faire !

Commentaires (2)
guigui4 juillet 2011 à 16 h 49 min

plein de bonnes choses janine pour la suite et ta 2eme (voire 3eme, vu tout ce que tu as vévu) vie
que ta passion pour l’inde te suive et fasse des ptits (c est deja faits !!)

bises

anne & vincent7 juillet 2011 à 8 h 13 min

all the best ninja ! see you soon in kovalam !!!