Accueil  > Terdaviens > Terdav de l'intérieur > Randonnée en Arménie avec Hélène

Randonnée en Arménie avec Hélène

Par - le 7 octobre 2013

À la croisée des cultures et des civilisations, l’Arménie jouit d’un patrimoine exceptionnel. Premier pays au monde à avoir officiellement adopté le christianisme, l’Arménie est aussi le pays de gens chaleureux, dont le sens de l’accueil et la cuisine savoureuse ont particulièrement séduit Hélène, conseillère voyages à Paris.

Le monastère de Tatev

Le monastère de Tatev

Quel monastère t’a le plus impressionnée ?

Ils m’ont tous touchée, chacun à leur manière, mais je me souviens de trois d’entre eux en particulier.

Noravank

Noravank

Ghégarde, spiritualité et montagnes

Ce n’est pas pour rien s’il a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Le monastère de Ghégarde symbolise la richesse de l’architecture médiévale arménienne et s’ancre dans la Haute vallée de l’Azat, d’une grande beauté naturelle. Falaises creusées de galeries, ermitages, tombes… s’offrent au regard des voyageurs et à celui des fidèles, venus remplir leur gourde de l’eau d’une source bénite.

Khor Virap, à l’ombre du mont Ararat

Au cône parfait et coiffé de neige du mont Ararat, répond le clocher rubicond et encapuchonné de brique du monastère de Khor Virap, situé au milieu de vergers généreux et de vignes vert tendre. C’est une image incontournable d’un voyage en Arménie.

Noravank, le «nouveau monastère»

Noravank est édifié au milieu des montagnes. Ce qui est étonnant, c’est qu’il se fond tout à fait dans le paysage. L’ocre des roches danse avec celui des bâtiments religieux et des sculptures, se dégagent la même simplicité et la même émotion caractérisant les espaces fleuris au pied du monastère.

Peux-tu nous parler des khatchkars ?

© Hélène Le Pelley / Portrait d'une jeune femme arménienne Héritage colossal de l’histoire et l’art arméniens, les khatchkars – stèles de pierre sculptées orientées au couchant – témoignent d’une grande ferveur religieuse… Des khatchkars d’une finesse exquise ornent notamment les églises de Noravank. On peut aussi admirer le délicat khatchkar ajouré de Tatev, qui coiffe une colonne haute de huit mètres, et qui serait capable de prévoir les séismes…

Est-ce vrai que le lac Sevan est un morceau de ciel tombé dans les montagnes d’Arménie ?

Le lac Sevan, l’un des plus grands lacs du monde, est un symbole de l’Arménie. C’est un endroit magnifique, un but idéal pour une randonnée en Arménie, mais c’est aussi un lieu essentiel pour l’écologie du pays.
On appelle parfois cette région la «Suisse arménienne» et cela traduit bien l’impression de sérénité qu’on y ressent. Les rives nord du lac sont parsemées de chalets, autrefois mis à la disposition des artistes et intellectuels par les dirigeants soviétiques. Le lac s’étend à perte de vue et baigne dans la brume, ce qui lui confère une douceur rassurante. Les fleurs poussent en abondance et leurs couleurs vives rehaussent encore la beauté des lieux.

© Armenia / Scène de vie en Arménie

Beaucoup de nos clients ont parlé avec enthousiasme de nos partenaires en Arménie. Peux-tu nous les présenter ?

Toute l’équipe a été aux petits soins. Marinée est guide culturel et parle très bien français. Elle a une connaissance encyclopédique de l’histoire et la culture arméniennes, et un don inné pour la partager et passionner ceux qui l’écoutent. Les autres ne sont pas en reste. Ainsi de Hrach, notre guide de montagne et Tigran, notre chauffeur. Le premier était toujours à la recherche du meilleur sentier et le second nous a enchantés avec son doudouk, une flûte en abricotier.

Quel a été ton coup de foudre culinaire ?

Question difficile. Bien que l’on y reconnaisse des influences turque, perse, russe et grecque, la cuisine est unique. Elle a vraiment un petit truc en plus, qu’on peut peut-être attribuer aux aromates (ciboulette, persil, aneth, menthe…) qui parfument les plats.
Les becs salés se régaleront avec les dolmas (« fourré » en turc), des légumes farcis au riz et à la viande hachée, servis avec du yoghourt. Les Arméniens eux raffolent des kholouats, des brochettes accompagnées de pommes de terre, aubergines, tomates et poivrons.
Les becs sucrés ne seront pas en reste. L’Arménie regorge de pâtisseries au miel (baklavas et khadayef), et au cœur moelleux de beurre, noix et épices (gata), de gâteaux de riz et autres boulettes de semoule.

Merci Hélène !