Accueil  > Terdaviens > Terdav de l'intérieur > Randonnée marocaine haute en couleur !

Randonnée marocaine haute en couleur !

Par - le 11 juillet 2012

Arrivée au Maroc, à 3h de Paris en avion et à peine arrivée à Marrakech, j’oublie que le matin même j’étais dans le métro parisien pour me rende à l’aéroport. Le dépaysement est immédiat, et ce n’est qu’un début ;-).
La raison principale de mon séjour de deux semaines était de découvrir une partie de l’Atlas : ascension du Djebel Toubkal (4167 mètres, le plus haut sommet d’Afrique du Nord) pour le Haut Atlas et balade dans les montagnes rouges de la Tessaout pour  le Haut Atlas central. C’est avec deux groupes de clients différents que je suis partie sur les chemins marocains.

La première semaine, l’ascension du Toubkal fut la plus sportive. En quittant Marrakech où la chaleur se fait sentir dès le début de la matinée, il est fort agréable de trouver plus de fraîcheur dans les montagnes.
Tout commence par la petite ville d’Oukaimeden, notre point de départ, pour ensuite contourner le massif par le sud pour finir en remontant vers Imlil, à peine à 2h en voiture de Marrakech.  On commence tout doucement à se dérouiller les jambes, les premiers jours sont les plus faciles, un bon échauffement pour ce qui vient ensuite! Les montagnes sont majestueuses, le paysage aride mais c’est là la surprise de la région. A chaque descente dans une vallée, le changement de paysage est fortement marqué. On laisse la rocaille et les crêtes derrières nous. L’eau est déjà partout et les berbères s’en servent pour irriguer les vallées. On chemine à travers les cultures en terrasse, et on croise très souvent des personnes portant à dos de mule ou à dos d’homme leur récolte. On traverse quelques bergeries très animées, elles ne sont pas toujours habitées, en ce moment c’est la période du pâturage. Autant dire que des centaines de biquettes ont également été nos compagnons de randonnée.
En termes de marche, le tout est bien rythmé, le thé à la menthe à la fin de la journée est toujours réconfortant ! Pour l’ascension du Djebel Toubkal qui culmine à 4167 mètres, on part tôt le matin à la fraîche pour près de 1000m de dénivelé qui se fait doucement mais sûrement. C’est un succès pour tout le groupe qui se fête : jus d’orange pour tout le monde !

Pour la deuxième semaine, direction les montagnes de la Tessaout, dans le Haut Atlas central, un peu plus à l’ouest de Marrakech. Le paysage n’a rien à voir avec celui de la semaine précédente.  Le titre du voyage, les montagnes rouges de la Tessaout, porte bien son nom par la présence du grès rouge.
Cette fois-ci, nous partons de Demnate, la ville la plus grande aux alentours. Chaque jour, on change de paysage. Les chants de la Tessaout viennent de temps à autre rythmer notre marche. Comme dans la région du Toubkal, les habitants ont des habits magnifiques, très colorés (surtout les femmes !). On passe pas mal de petits villages, des bergeries, les habitations sont majoritairement faites en murs de pierres sèches (rouges bien sûr) et on longe en partie la Tessaout (un oued). Le rouge contraste avec le verdoyant des vallées (parfois peuplées de noyers centenaires), puis on passe un col et on arrive dans une grande plaine de pâturage (sur le plateau d’Ibghil). Un trek tout en contraste donc ! Et surtout nous  sommes les seuls marcheurs, un bonheur !
En résumé, ça a été deux belles semaines et cette première découverte d’une partie du Maroc m’a donné envie de retourner explorer davantage cette superbe destination.


Ariane