Accueil  > Vos récits de voyages > Récits de marcheurs > De St Jacut-de-la-Mer au Gouffre

De St Jacut-de-la-Mer au Gouffre

Par - le 4 novembre 2011

14 au 27 Octobre 2011 – J63 à J75 – 1242 km – Bretagne

Depuis le début de notre voyage, chacun s’accorde pour nous dire « Vous avez vu de magnifiques paysages, mais la Bretagne, c’est une merveille ! ». Et c’est vrai !

Le Cap Fréhel et le Cap d’Erquy nous enchantent par leurs falaises, leurs grèves blondes et les longues plages où les cavaliers viennent au petit matin galoper sur leurs montures. Le sentier que l’on suit depuis plus de deux mois déjà, serpente dans les landes avant de se perdre dans les pinèdes.
Nous profitons de la marée basse pour traverser la baie de St Brieuc à pied avant de regagner les hauteurs qui mènent à Binic, et nous entrons clairement dans une région où la côte est de plus en plus escarpée, déchiquetée. C’est magnifique, il est vrai, mais cela signifie également pour nous que le chemin devient plus pentu et les sacs pèsent lourds sur nos épaules.
A la pointe de l’Arcouest se dresse l’île de Bréhat dont les rochers roses se détachent sur la mer. Entourée de petits îlots, cette île domine et cache une vie privilégiée où l’on ne peut circuler qu’à vélo. Le temps s’arrête…
Depuis plusieurs jours déjà, nous progressons sans trop de difficulté, malgré les dénivelés qui s’enchaînent. Nous le sentions, cela n’allait pas durer… Nous arrivons à Loguivy-de-la-Mer et devant nous, se trouvent non pas une mais deux rivières à traverser. Et celles-ci sont trop profondes pour les franchir à pied. Depuis le début de notre périple, nous avons traversé baies et havres accompagnés de passeurs et nous souhaitons faire de même pour ces rivières.

Parvenus au port de Loguivy, de nombreux bateaux sont au mouillage très peu montrent de vie à bord. Au milieu du port, un homme s’affaire sur son bateau. On l’appelle mais il est loin et le vent porte nos voix dans la mauvaise direction.
« Nous faisons le Tour de France à pied – Terres d’Aventure. On cherche à traverser la rivière « Le Trieux ». Pouvez-vous nous emmener ? » L’homme nous fait comprendre que ce n’est pas possible, il n’a pas prévu de sortir son bateau.
On tente plus loin. Nous croisons alors un vieil homme, lunettes rondes sur le nez et gilet de sauvetage autour du cou, tenant deux rames à la main. Excellent indice… car qui dit « rames », dit forcément « bateau pas loin », ou du moins, nous l’espérons…
« Nous faisons le Tour de France à pied – Terres d’Aventure. On cherche à traverser le Trieux. Vous pouvez-nous emmener ? » D’abord surpris, le vieil semble très vite tenté par l’expérience… Claude nous embarque alors sur son vieux gréement qu’il a retapé lui-même. Parisien de souche, il s’amuse lorsqu’on lui demande pourquoi il est si attaché à la région.
«  Quand j’ai rencontré ma femme, explique-t-il les yeux brillants, elle m’a immédiatement emmenée ici, d’où elle originaire. Le coup de foudre fut immédiat alors je lui ai dit « C’est bon, je t’épouse ! » » Et le voici qui part dans un grand éclat de rire…

Arrivés à bon port, Claude nous débarque sur une petite presqu’île avant de voguer à nouveau vers Loguivy. La marée monte, nous devons nous hâter avant que la presqu’île ne devienne île et nous pénétrons alors dans une région belle à couper le souffle : la côte de Granit rose…

Aurélie et Laurent

Plus de photos de l’étape

Et en plus nous passons à la télé: