Le retour des gagnants !

Par - le 19 janvier 2012

Stéphane et Bernard, les heureux gagnants de notre jeu sur Facebook, la Grand Route Inca, de retour du Pérou et du Maroc, ont posé leur sac, défait leurs bagages, trié leurs photos et jeté sur le papier les moments forts de leur voyage. Des souvenirs, des impressions et des sublimes clichés qu’ils partagent avec nous tous … et comme dirait Marion, notre attachée de presse,  « des bijoux ces voyageurs! » :

 

Stéphane Cabaret

Stéphane au Pérou
Stéphane Cabaret« Jamais je n’ai vu de murs aussi bien construits, de monolithes aussi bien taillés. C’est le plus pur chef-d’œuvre des Incas. » Ces mots sont ceux d’Hiram Bingham, historien américain de Yale, en découvrant la cité du Machu Picchu* lors de son expédition en 1911. Un siècle plus tard et perché sur son nid d’aigle, le joyau d’un empire perdu dévoile son intimité et force l’admiration aux regards éblouis, surpris voir intrigués… Comment ne pas s’émerveiller ou s’interroger devant la beauté géographique d’un lieu tutoyant le sublime ?
Laissant derrière nous le vieux pic et ses secrets, notre minibus sillonne entre averses et éclaircies à travers un décor de farwest, l’altiplano andin, et vers le lac Titicaca. Au bout d’une piste cahoteuse et dans la fraîcheur nocturne, nous sommes accueillis par une communauté locale vivant sur la péninsule de Llachon. La gentillesse de nos hôtes apporte un regain de chaleur à cette région austère mais authentique. La nuit chez l’habitant restera l’un des moments forts de ce voyage.
Dans la douceur du matin, nous naviguons sur les eaux calmes du lac en direction de Taquilé, l’île des tisserands… A peine avions-nous engagé notre ascension vers le sommet de l’île qu’un vent mauvais et sa cohorte nuageuse annonçaient le pire. Cernés mais sans autre alternative que poursuivre sur l’unique chemin, je gardais un œil vigilant sur la progression d’un phénomène climatique précédant souvent un déluge. Fasciné mais « angoissé » par la force des éléments, j’observais ces masses obscures qui grossissaient et tourmentaient le ciel. Après les coups de tonnerre, les éclairs zébraient le coffre fort nuageux de toutes parts.

Stéphane Cabaret

Des rideaux de pluie et ses tornades s’abattaient avec violence sur les eaux du lac et s’avançaient allégrement vers nous. Au ponant, le soleil rougeoyant déclinait derrière les sommets andins dans une poésie presque virginale, fermant son œil sur un monde révélant à quel point la nature a ici, plus qu’ailleurs, le geste brutal mais créateur…
*Vieux pic en langue inca

 

Bernard-&-Catherine-Huet

Bernard et Catherine au Maroc :
Nous gardons dans les yeux les couleurs incroyables au lever et coucher du soleil : des dunes passant du blanc comme la neige à l’orangé, pour virer en fin de journée au rose!!! Le ciel d’une clarté incroyable avec toutes les étoiles, constellations et la voie lactée sans aucune interférence liée à la pollution….

Bernard & Catherine Huet
Sans oublier :
– Les brochettes de foie de chevreau avec le pain cuit dans la cendre et le sable et bien sûr, un thé sucré à la menthe; le tout préparé par notre guide Abdel Hay et notre cuisinier Ibrahim : un vrai délice.
– nos chameliers dans les dunes
– l’installation du camp en fin de journée
– le dromadaire blanc
– le coucher de soleil en haut des dunes
– les dunes de Merzouga
– la palmeraie de Skoura avec les casbahs et les montagnes du Haut Atlas
Merci encore pour ce voyage si varié et totalement dépaysant.

Bernard & Catherine Huet