Accueil  > Vos récits de voyages > Récits de marcheurs > Les Seychelles, nouvelles terres d’aventure

Les Seychelles, nouvelles terres d’aventure

Par - le 13 mai 2011

Au milieu de l’océan Indien, presque à l’équateur (4° sud ), les Seychelles ont la réputation d’abriter un des plus beaux paradis sur terre, surtout si l’on recherche le grand luxe. Pourtant, la centaine d’îles de l’archipel recèle quelques secrets et leur exploration sera pleine de surprises.

Nous débarquons de notre vol de nuit, certes fourbus par le voyage, mais particulièrement excités à l’idée de découvrir un nouveau territoire. Jacques, notre guide nous accueille. Un rapide transfert vers notre premier hébergement, un petit bungalow dans la verdure face à la mer sur l’île de Mahé et nous voilà en vacances aux Seychelles. Nous sommes une dizaine à nous retrouver autour de notre premier verre de jus de fruits frais, attentifs aux paroles de notre guide. Première baignade en eau chaude et première nuit sous les tropiques.

Ecologique avant tout

Le lendemain, Jacques nous emmène vers les hauteurs de Mahé – dont le point culminant dépasse 900 mètres – au milieu d’une végétation dense où alternent une forêt primaire et des vestiges de plantations de canne à sucre, café, et autres plantes exotiques courantes dans l’océan Indien. Nous apprenons que nous randonnons dans un parc national (Morne Seychellois), totalement protégé de l’urbanisme et faisant partie de nombreux autres que comporte l’archipel.

Ainsi, Jacques raconte que 90% du territoire sont totalement protégés : soit des îles devenues des hôtels de luxe privés inaccessibles au « tout venant » et n’accueillant qu’une poignée de riches touristes, soit des îles devenues réserves forestières, animalières ou parc national. Oiseaux sur les îles d’Aride, Cousin, Grande Sœur, tortues à Sainte-Anne, Curieuse, poissons sur îlot Coco ou îlot Saint-Pierre.

Ancien garde forestier, Jacques a participé à la mise en place de cette politique nationale (depuis plus de 50 ans) qui fait des îles Seychelles un des territoires les plus riches au monde en matière de zones écologiques. Pour preuve, l’existence de 2 sites classés par l’UNESCO (la vallée de Mai à Praslin et l’atoll d’Aldabra) pour une population égale à un arrondissement moyen de Paris (100 000 habitants).

Notre première découverte de l’île se termine, au bout d’une marche de 3 heures vers les plages à l’ouest de Mahé. Baignade obligatoire et deuxième jus de fruits frais.

A pied, en bateau, à vélo ou en kayak de mer

Après deux jours sur Mahé, nous partons pour Praslin, deuxième île de l’archipel à quelque 45km au nord-est. Jacques a préféré prendre le bateau plutôt que l’avion pour nous montrer les nouvelles îles qui jalonnent le trajet. De nouveau hébergés dans une guest house créole, nous nous levons tôt le lendemain matin pour une exploration de Praslin (l’incontournable visite de la vallée de Mai et ses célèbres « coco fesses »).

Tantôt à pied, tantôt en bateau, nous parcourons la réserve de Curieuse (parc national) où vivent des tortues terrestres centenaires et qui recèle avec sa biodiversité un nombre impressionnant d’oiseaux endémiques. Partout nous trouvons des plages presque parfaites, sable blanc, mer turquoise, qui seront notre récompense après l’exploration des richesses intérieures des îles.

Déjà le 5ème jour et nous embarquons vers une nouvelle île habitée : l’île de La Digue qui, de l’aveu de notre guide, est la plus envoûtante des îles seychelloises. Un village de 1000 âmes où l’on se balade exclusivement à pied, à vélo ou en charette. Jacques nous raconte l’histoire de l’île et explique la réputation des habitants par une maxime locale : « Si tu vas à 100 à l’heure à Mahé , tu vas à 50 à Praslin et à 2 à l’heure sur la Digue » !

Durant trois jours, notre exploration nous emmène à vélo vers les plages du sud – Grande Anse, Anse Marron, Petite Anse – considérées comme les plus belles par les locaux , puis nous voguons en kayak de mer sur le lagon de Source d’Argent, rendu célèbre par sa plage bordée d’immenses pierres de granit. Pas étonnant que cette plage soit la plus photographiée au monde.